Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex président Habyarimana

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

SUR LE NET

Kenya : l'opposition manifeste pour plus de démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu ?" : décryptage d’un phénomène

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

L'UMP en crise : entre dette et règlements de compte

En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, ce Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Brésil - Allemagne : "Les joueurs brésiliens ont souillé un maillot sacré"

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Le Hamas vise Jérusalem et Tel-Aviv, Israël poursuit ses raids

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

  • Au 30 juin, la dette de l’UMP a atteint 74,5 millions d’euros

    En savoir plus

  • Pour Kiev, "la 'libération' de Donetsk risque de poser des problèmes"

    En savoir plus

  • Somalie : un assaut shebab sur le palais présidentiel repoussé

    En savoir plus

Economie

Le Liechtenstein signe un accord avec le Royaume-Uni

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/08/2009

Soucieuse de se conformer aux normes prescrites par l'OCDE, la principauté du Liechtenstein a signé avec le Royaume-Uni un accord destiné à régulariser la situation de quelque 5 000 Britanniques ayant fraudé le fisc.

AFP - Le Liechtenstein a signé mardi avec le Royaume-Uni un accord sur mesure offrant la possibilité aux Britanniques ayant fraudé leur fisc de régulariser la situation, une mesure novatrice mais qui, selon certains acteurs financiers, entache trop le secret bancaire.
   
La petite principauté alpine a pris le taureau par les cornes, depuis qu'elle a décidé en mars de se conformer aux standards de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) en matière de coopération fiscale et de transparence.
   
Après des accords classiques avec les Etats-Unis et l'Allemagne, Vaduz a conclu avec Londres mardi un accord inédit, alliant l'accord bilatéral d'échange d'informations fiscales (TIEA, tax information exchange agreements) à une amnistie fiscale au Royaume-Uni.
   
Les quelque 5.000 Britanniques ayant déposé entre 2 et 3 milliards de livres (2,3 à 3,5 milliards d'euros) dans la principauté, selon le Financial Times, pourront se déclarer eux-mêmes auprès du fisc britannique sur une période allant de 2010 à 2015.
   
Les clients britanniques qui font acte de contrition auprès de leur fisc, avec un effet rétroactif jusqu'en 1999, bénéficieront alors "de conditions particulièrement avantageuses", a indiqué à l'AFP un porte-parole du gouvernement du Liechtenstein.
   
Ces conditions comprennent notamment des pénalités réduites à 10% et l'option de payer une taxe unique de 40%.
   
"Les clients qui ne se déclarent pas devront quitter le Liechtenstein, mais leurs noms ne seront pas transmis aux autorités britanniques", a-t-il ajouté.
   
Le TIEA permettra, en autorisant l'échange d'information en cas de soupçon concret, de débusquer les fraudeurs ayant réussi à passer entre les mailles du filet.
   
Mais alors que la Suisse a paraphé en de brefs délais les 12 accords bilatéraux nécessaires pour être ôté de la liste grise des paradis fiscaux, la principauté veut s'accorder du temps.
   
"Nous ne prenons pas le jeu des chiffres trop au sérieux, nous voulons conclure des accords avec nos partenaires économiques majeurs, même si l'objectif demeure d'être retiré de la liste", a estimé le porte-parole.
   
Si la solution trouvée avec le Royaume-Uni est trop spécifique pour être appliquée à d'autres pays, le Liechtenstein espère qu'il démontre la nécessité de trouver "des solutions sur mesure" avec les différents pays au lieu d'un accord global, a souligné le porte-parole.
   
L'OCDE s'est réjouie "particulièrement de la conception novatrice et coopérative de cette initiative", estimant que "l'ère de l'utilisation du secret bancaire comme écran de protection pour les fraudeurs fiscaux touche à sa fin".
   
"Il n'y a aucune alternative", a prévenu le service britannique des impôts et des douanes (HMRC).
   
"Ceux qui commettent l'erreur d'ignorer la procédure de déclaration du Liechtenstein verront leurs comptes au Liechtenstein fermés et feront face à des pénalités jusqu'à 100% quand le HMRC les aura rattrapés", a-t-il lancé en guise d'avertissement.
   
L'accord est cependant loin de plaire à tous les acteurs financiers. L'association fiduciaire du Liechtenstein (400 membres) a ainsi "rejeté" l'accord, prévenant qu'elle fera tout "pour empêcher sa mise en oeuvre" afin que la "sphère privée des clients (des banques, ndlr) soient préservées".
   
Pourtant, pour le Liechtenstein, ces accords sont une question de survie. Attaquée sur son secret bancaire, la place financière de la principauté a vu ses actifs sous gestion reculer l'année dernière de 19% à 225,44 milliards de francs suisses (148,4 milliards d'euros).

Première publication : 11/08/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)