Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le verdict du procès d'Aung San Suu Kyi attendu dans la journée

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/08/2009

Le verdict du procès de l'opposante birmane Aung San Suu Kyi, reporté fin juillet, est attendu ce mardi. Accusée par la junte d'avoir violé les règles de son assignation à résidence, elle risque cinq ans de prison.

AFP - La sécurité a été considérablement renforcée mardi matin autour de la prison d'Insein, au nord de Rangoun, où un verdict est attendu dans le procès de la dirigeante de l'opposition Aung San Suu Kyi, accusée par la junte d'avoir violé les règles de son assignation à résidence.

Depuis l'ouverture du procès le 18 mai à Insein, la plupart des audiences se sont tenues à huis clos, mais des diplomates de toutes les ambassades ont été autorisés à assister à la séance de mardi, selon des sources officielles.

Les forces de sécurité ont bouclé le secteur, ont indiqué des témoins.

Lundi soir, l'Américain John Yettaw, à l'origine de la mise en accusation de Mme Suu Kyi, avait quitté l'Hôpital général de Rangoun où il avait été admis une semaine plus tôt après avoir eu une série de convulsions.

M. Yettaw qui, selon son avocat, souffre d'épilepsie, de diabète et d'autres problèmes de santé, est également jugé en prison, en même temps que Mme Suu Kyi, pour avoir nagé jusqu'au domicile de l'opposante, situé au bord d'un lac, et avoir séjourné secrètement pendant près de deux jours chez elle.

Durant le procès qui a suscité une vive indignation internationale, l'Américain a expliqué son expédition en affirmant avoir eu la "vision" que Mme Suu Kyi allait être "assassinée".

Cette affaire, particulièrement rocambolesque, avait été révélée par les autorités birmanes trois semaines avant l'expiration de l'ordre d'assignation à résidence de Mme Suu Kyi, 64 ans, lauréate du prix Nobel de la paix 1991, qui a été privée de liberté pendant 14 des 20 dernières années.

"Ce que j'espère, c'est la libération inconditionnelle de Mme Aung San Suu Kyi", a déclaré mardi à l'AFP Nyan Win, avocat et porte-parole de la Ligue nationale de la démocratie (LND), principal parti d'opposition au régime militaire.

Jusqu'ici, des diplomates occidentaux se sont déclarés convaincus que la junte était déterminée à écarter Mme Suu Kyi du paysage politique avant des élections controversées qu'elle a fixées à l'année prochaine.

L'armée est au pouvoir depuis 1962 en Birmanie.

Première publication : 11/08/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)