Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Syrie : Alep, ville martyre, symbole d'une guerre sans fin (partie 1)

En savoir plus

LE DÉBAT

Syrie : Alep, ville martyre, symbole d'une guerre sans fin (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'interminable chaos irakien"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Les yeux d'la tête" : les rois de la fête sortent un nouvel album

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Faut-il céder à la rue ?"

En savoir plus

FOCUS

Le Liban, victime collatérale du conflit entre l’Arabie Saoudite et le Hezbollah

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Finlande : un modèle social et migratoire ébranlé (partie 1)

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Finlande : un modèle social et migratoire ébranlé (partie 2)

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

"Fusacs" : le grand Monopoly des fusions-acquisitions

En savoir plus

EUROPE

Une militante des droits de l'Homme retrouvée morte à Grozny

Vidéo par FRANCE 24

Dernière modification : 11/08/2009

Dans cette édition, FRANCE 24 revient sur la mort à Grozny de Zarem Sadoulaïeva, dirigeante de l'ONG "Sauvons les générations". Un assassinat qui intervient un mois seulement après le meurtre d'une autre militante Natalia Estemirova.

REUTERS - La dirigeante d'une ONG basée en Tchétchénie et son mari, enlevés lundi par des hommes armés, ont été retrouvés morts dans la banlieue de Grozny, la capitale tchétchène, rapporte mardi l'agence de presse russe Interfax.

 

"Leurs corps ont été retrouvés à Tchernoretchïe, un faubourg de Grozny", ajoute l'agence russe qui cite Alexandre Tcherkassov, responsable du groupe de défense des droits de l'homme Memorial.

 

Lundi en début d'après-midi, des hommes armés avaient fait irruption dans les bureaux de l'ONG "Sauvez les Générations" et avaient emmené de force Zarem Sadoulaïeva et son mari.

 

L'ONG "Sauvez les Générations" apporte une aide médicale et un soutien psychologique à la jeunesse tchétchène durement éprouvée par les deux guerres qui ont marqué la Tchétchénie dans les années 1990 et les violences qui s'y sont poursuivies.

 

Selon Tcherkassov, le mari de Sadoulaïeva, Alik Djibraïlov, avait passé quatre ans en prison pour appartenance à une organisation armée illégale.

 

Première publication : 11/08/2009

COMMENTAIRE(S)