Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Vidéo : à la rencontre des réfugiés syriens exilés en Turquie

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

Amériques

Barack Obama défend sa réforme du système de santé

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/08/2009

Lors d'une réunion publique à Portsmouth, le président américain a défendu son projet de réforme du système de santé en dénonçant la tactique de la peur utilisée par ses opposants. 46 millions d'Américains n'ont pas de couverture santé.

Reuters - Venu défendre dans le New Hampshire son projet de réforme de l'assurance santé, Barack Obama a déclaré mardi qu'il voulait réduire les délais de commercialisation des médicaments génériques.


"L'une des choses que je veux faire, c'est accélérer la mise sur le marché des médicaments génériques", a dit le président américain lors d'une réunion dans une école de Portsmouth.


Il a aussi dénoncé les compagnies d'assurance qui, a-t-il dit, prennent les Américains "en otages" en réduisant l'éventail des risques couverts ou en réclamant des primes trop élevées.


"Je pense que ce n'est pas bien: cela met des familles et des entreprises en faillite et c'est pourquoi je ferai adopter la réforme de l'assurance santé en 2009", a martelé le chef de l'exécutif.


Un millier de personnes s'étaient rassemblées dans une rue conduisant à l'établissement où se tenait la réunion.


D'un côté de la rue, des partisans de la réforme scandaient "Yes, we can!" et agitaient des pancartes proclamant "Les compagnies d'assurance sont ennemies du changement" et "Tous les Américains ont droit à des soins abordables".


En face, des adversaires brandissaient des banderoles affirmant "Touche pas à mon système de santé" et "A la trappe, le plan santé d'Obama".


A l'intérieur de la salle, Obama a réclamé un débat respectueux et, au début de la réunion, les quelque 2.000 personnes présentes l'ont ovationné. "Si nous sommes en désaccord, soyons-le sur des choses réelles, pas sur des déformations fantaisistes qui ne présentent pas la moindre similitude avec ce qui est vraiment proposé", a demandé le président américain.

 

Débat acrimonieux


Le débat de plus en plus acrimonieux sur la réforme de l'assurance santé a fait baisser la cote de popularité du chef  de l'Etat.


Il a accusé ses détracteurs d'utiliser la peur comme argument et il a semblé faire allusion, sans la nommer, à l'ancien gouverneur de l'Alaska, Sarah Palin.


L'ex-candidate républicaine à la vice-présidence a affirmé que le projet du président démocrate permettrait à des bureaucrates de décider de mettre un terme à la vie de personnes âgées. Sarah Palin a déclaré la semaine dernière que la loi créerait des "comités de mort" gouvernementaux.


Le président a expliqué que la loi permettrait de donner davantage d'informations sur les soins en fin de vie et que la paternité de cette idée revenait au sénateur républicain Johnny Isakson.


Il a ajouté que le plan démocrate constituerait une amélioration par rapport au système actuel qui, a-t-il dit, permet aux compagnies d'assurance de rationner les soins.


L'atmosphère a été beaucoup plus sereine avec Obama que lors d'autres réunions d'information menés par des parlementaires démocrates. Le jour-même à Lebanon, en Pennsylvanie, des électeurs s'en sont ainsi pris vivement au sénateur démocrate Arlen Specter en dénonçant le coût élevé du plan et les risques d'intrusion du gouvernement dans leur compte en banque.


La réforme vise à assurer une couverture médicale à près de 46 millions d'Américains qui en sont actuellement privés. Elle s'efforce de réguler les dépenses de santé ainsi que les pratiques des compagnies d'assurance.

Les républicains y voient une main-mise du gouvernement sur le système de santé de nature à augmenter le déficit public
alors que les Etats-Unis sont confrontés à une récession sans précédent depuis la crise des années 1930.

Première publication : 12/08/2009

COMMENTAIRE(S)