Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Amériques

Barack Obama défend sa réforme du système de santé

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/08/2009

Lors d'une réunion publique à Portsmouth, le président américain a défendu son projet de réforme du système de santé en dénonçant la tactique de la peur utilisée par ses opposants. 46 millions d'Américains n'ont pas de couverture santé.

Reuters - Venu défendre dans le New Hampshire son projet de réforme de l'assurance santé, Barack Obama a déclaré mardi qu'il voulait réduire les délais de commercialisation des médicaments génériques.


"L'une des choses que je veux faire, c'est accélérer la mise sur le marché des médicaments génériques", a dit le président américain lors d'une réunion dans une école de Portsmouth.


Il a aussi dénoncé les compagnies d'assurance qui, a-t-il dit, prennent les Américains "en otages" en réduisant l'éventail des risques couverts ou en réclamant des primes trop élevées.


"Je pense que ce n'est pas bien: cela met des familles et des entreprises en faillite et c'est pourquoi je ferai adopter la réforme de l'assurance santé en 2009", a martelé le chef de l'exécutif.


Un millier de personnes s'étaient rassemblées dans une rue conduisant à l'établissement où se tenait la réunion.


D'un côté de la rue, des partisans de la réforme scandaient "Yes, we can!" et agitaient des pancartes proclamant "Les compagnies d'assurance sont ennemies du changement" et "Tous les Américains ont droit à des soins abordables".


En face, des adversaires brandissaient des banderoles affirmant "Touche pas à mon système de santé" et "A la trappe, le plan santé d'Obama".


A l'intérieur de la salle, Obama a réclamé un débat respectueux et, au début de la réunion, les quelque 2.000 personnes présentes l'ont ovationné. "Si nous sommes en désaccord, soyons-le sur des choses réelles, pas sur des déformations fantaisistes qui ne présentent pas la moindre similitude avec ce qui est vraiment proposé", a demandé le président américain.

 

Débat acrimonieux


Le débat de plus en plus acrimonieux sur la réforme de l'assurance santé a fait baisser la cote de popularité du chef  de l'Etat.


Il a accusé ses détracteurs d'utiliser la peur comme argument et il a semblé faire allusion, sans la nommer, à l'ancien gouverneur de l'Alaska, Sarah Palin.


L'ex-candidate républicaine à la vice-présidence a affirmé que le projet du président démocrate permettrait à des bureaucrates de décider de mettre un terme à la vie de personnes âgées. Sarah Palin a déclaré la semaine dernière que la loi créerait des "comités de mort" gouvernementaux.


Le président a expliqué que la loi permettrait de donner davantage d'informations sur les soins en fin de vie et que la paternité de cette idée revenait au sénateur républicain Johnny Isakson.


Il a ajouté que le plan démocrate constituerait une amélioration par rapport au système actuel qui, a-t-il dit, permet aux compagnies d'assurance de rationner les soins.


L'atmosphère a été beaucoup plus sereine avec Obama que lors d'autres réunions d'information menés par des parlementaires démocrates. Le jour-même à Lebanon, en Pennsylvanie, des électeurs s'en sont ainsi pris vivement au sénateur démocrate Arlen Specter en dénonçant le coût élevé du plan et les risques d'intrusion du gouvernement dans leur compte en banque.


La réforme vise à assurer une couverture médicale à près de 46 millions d'Américains qui en sont actuellement privés. Elle s'efforce de réguler les dépenses de santé ainsi que les pratiques des compagnies d'assurance.

Les républicains y voient une main-mise du gouvernement sur le système de santé de nature à augmenter le déficit public
alors que les Etats-Unis sont confrontés à une récession sans précédent depuis la crise des années 1930.

Première publication : 12/08/2009

COMMENTAIRE(S)