Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Espagne : le difficile combat contre les violences faites aux femmes

En savoir plus

FACE À FACE

Présidence Macron : le début des ennuis ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Wallay", un voyage initiatique au Burkina Faso

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La France, le Rwanda et les secrets des archives"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Code du travail : menu minceur"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

De Rugy élu président de l'Assemblée : une occasion manquée pour la parité

En savoir plus

LE DÉBAT

PMA "pour toutes les femmes" : qu'implique l'avis du Comité d'éthique ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Franck Riester : "Tant pis si la droite n'est pas une alternative incontournable au macronisme"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Franck Riester : "François de Rugy se fera respecter car il est respectable"

En savoir plus

Asie - pacifique

La réunion de l'ONU sur la condamnation d'Aung San Suu Kyi ajournée

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/08/2009

La réunion des membres du Conseil de sécurité de l'ONU, qui devait se pencher sur un projet de texte appelant à la libération d'Aung San Suu Kyi, a été ajournée à mercredi. Des pays ont demandé un délai pour consulter leur capitale.

AFP - Les membres du Conseil de sécurité de l'ONU se sont séparés mardi sans trouver d'accord sur un communiqué condamnant la décision du régime birman d'étendre de 18 mois l'assignation à résidence de l'opposante Aung San Suu Kyi.

"Nous reprendrons les discussions demain (mercredi)", a annoncé l'ambassadeur britannique à l'ONU, John Sawers, qui préside le Conseil ce mois-ci.

Plusieurs délégations ont émis le souhait de consulter leurs capitales sur le projet de communiqué, a-t-il ajouté.

Le projet de texte porté par les Etats-Unis "condamne la sentence dont Aung San Suu Kyi a fait l'objet et se dit gravement préoccupé par l'impacte politique de cette décision sur la situation au Myanmar" (le nom officiel de la Birmanie).

Le texte appelle le gouvernement birman "à libérer Aung San Suu Kyi et tous les autres prisonniers politiques". Il souligne aussi la nécessité pour le régime militaire d'"établir les conditions nécessaires à la mise en place d'un processus politique et électoral qui permette la participation de tous les acteurs politiques".

Plus tôt mardi, Mme Suu Kyi, lauréate du prix Nobel de la Paix, avait été condamnée à 18 mois supplémentaires de résidence surveillée, pour avoir, selon ses juges, violé les termes de son assignation à résidence en hébergeant brièvement en mai un Américain qui s'était invité chez elle en nageant jusqu'à son domicile.

Première publication : 12/08/2009

COMMENTAIRE(S)