Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Asie - pacifique

La réunion de l'ONU sur la condamnation d'Aung San Suu Kyi ajournée

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/08/2009

La réunion des membres du Conseil de sécurité de l'ONU, qui devait se pencher sur un projet de texte appelant à la libération d'Aung San Suu Kyi, a été ajournée à mercredi. Des pays ont demandé un délai pour consulter leur capitale.

AFP - Les membres du Conseil de sécurité de l'ONU se sont séparés mardi sans trouver d'accord sur un communiqué condamnant la décision du régime birman d'étendre de 18 mois l'assignation à résidence de l'opposante Aung San Suu Kyi.

"Nous reprendrons les discussions demain (mercredi)", a annoncé l'ambassadeur britannique à l'ONU, John Sawers, qui préside le Conseil ce mois-ci.

Plusieurs délégations ont émis le souhait de consulter leurs capitales sur le projet de communiqué, a-t-il ajouté.

Le projet de texte porté par les Etats-Unis "condamne la sentence dont Aung San Suu Kyi a fait l'objet et se dit gravement préoccupé par l'impacte politique de cette décision sur la situation au Myanmar" (le nom officiel de la Birmanie).

Le texte appelle le gouvernement birman "à libérer Aung San Suu Kyi et tous les autres prisonniers politiques". Il souligne aussi la nécessité pour le régime militaire d'"établir les conditions nécessaires à la mise en place d'un processus politique et électoral qui permette la participation de tous les acteurs politiques".

Plus tôt mardi, Mme Suu Kyi, lauréate du prix Nobel de la Paix, avait été condamnée à 18 mois supplémentaires de résidence surveillée, pour avoir, selon ses juges, violé les termes de son assignation à résidence en hébergeant brièvement en mai un Américain qui s'était invité chez elle en nageant jusqu'à son domicile.

Première publication : 12/08/2009

COMMENTAIRE(S)