Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Perturbateurs endocriniens: se laver tue ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat déjoué en Algérie : Constantine, la 3ème ville du pays menacée ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Présidentielle française : la justice, invitée inattendue de la campagne (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Présidentielle française : la justice, invitée inattendue de la campagne

En savoir plus

FOCUS

Quelle stratégie pour les États-Unis sur le continent asiatique ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Oscars: "et le gagnant est...""

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La République des juges ?"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

89ème cérémonie des Oscars : le gotha du cinéma mondial à l'honneur

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

États-Unis - Donald Trump : premier discours devant le Congrès

En savoir plus

Amériques

Un ancien général de la dictature condamné à perpétuité

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/08/2009

L'ancien responsable du camp militaire de Campo de Mayo, où près de 5 000 personnes auraient trouvé la mort pendant la dictature, a été condamné à la prison à perpétuité pour violations des droits de l'Homme.

AFP - L'ancien général Santiago Omar Riveros, responsable d'un des plus grands centres de détention pendant la dictature en Argentine, a été comdamné mercredi à la prison à perpétuité pour violations des droits de l'Homme.
  
Santiago Omar Riveros, en charge du camp militaire de Campo de Mayo durant la dictature (1976-83), a été reconnu coupable du meurtre de Floreal Avellaneda, un adolescent de 15 ans, et de l'enlèvement de sa mère, Iris Avellaneda.
  
Le jeune homme, membre de la Fédération des jeunesses communistes, avait été torturé puis battu à mort.
  
Pour ce crime, le tribunal a également condamné à 25 ans de prison Fernando Verplaetsen, ex-chef de la police de Buenos Aires.
  
Quatre autres acccusés ont été condamnés à des peines allant de 8 à 18 ans de prison.
  
Quelque 5.000 prisonniers ont été detenus dans le camp militaire de Campo de Mayo durant la dictature militaire, selon des associations de défense des droits de l'Homme.
  

Première publication : 13/08/2009

COMMENTAIRE(S)