Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump interdit l'armée aux transgenres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sarraj : "Nous avons besoin de l'ONU pour organiser des élections en Libye"

En savoir plus

FOCUS

Discrimination positive au Brésil : des étudiants dénoncent des fraudes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Valérian", dernière superproduction de Besson, débarque en France

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

États-Unis : "le simulacre d'assurance maladie" au Sénat

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron réconcilie les Libyens"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Accord inédit sur la Libye

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Elan de solidarité après les incendies dans le sud de la France

En savoir plus

LE DÉBAT

Libye : vers une sortie de crise ? (partie 2)

En savoir plus

Amériques

Un ancien général de la dictature condamné à perpétuité

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/08/2009

L'ancien responsable du camp militaire de Campo de Mayo, où près de 5 000 personnes auraient trouvé la mort pendant la dictature, a été condamné à la prison à perpétuité pour violations des droits de l'Homme.

AFP - L'ancien général Santiago Omar Riveros, responsable d'un des plus grands centres de détention pendant la dictature en Argentine, a été comdamné mercredi à la prison à perpétuité pour violations des droits de l'Homme.
  
Santiago Omar Riveros, en charge du camp militaire de Campo de Mayo durant la dictature (1976-83), a été reconnu coupable du meurtre de Floreal Avellaneda, un adolescent de 15 ans, et de l'enlèvement de sa mère, Iris Avellaneda.
  
Le jeune homme, membre de la Fédération des jeunesses communistes, avait été torturé puis battu à mort.
  
Pour ce crime, le tribunal a également condamné à 25 ans de prison Fernando Verplaetsen, ex-chef de la police de Buenos Aires.
  
Quatre autres acccusés ont été condamnés à des peines allant de 8 à 18 ans de prison.
  
Quelque 5.000 prisonniers ont été detenus dans le camp militaire de Campo de Mayo durant la dictature militaire, selon des associations de défense des droits de l'Homme.
  

Première publication : 13/08/2009

COMMENTAIRE(S)