Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Amériques

Un ancien général de la dictature condamné à perpétuité

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/08/2009

L'ancien responsable du camp militaire de Campo de Mayo, où près de 5 000 personnes auraient trouvé la mort pendant la dictature, a été condamné à la prison à perpétuité pour violations des droits de l'Homme.

AFP - L'ancien général Santiago Omar Riveros, responsable d'un des plus grands centres de détention pendant la dictature en Argentine, a été comdamné mercredi à la prison à perpétuité pour violations des droits de l'Homme.
  
Santiago Omar Riveros, en charge du camp militaire de Campo de Mayo durant la dictature (1976-83), a été reconnu coupable du meurtre de Floreal Avellaneda, un adolescent de 15 ans, et de l'enlèvement de sa mère, Iris Avellaneda.
  
Le jeune homme, membre de la Fédération des jeunesses communistes, avait été torturé puis battu à mort.
  
Pour ce crime, le tribunal a également condamné à 25 ans de prison Fernando Verplaetsen, ex-chef de la police de Buenos Aires.
  
Quatre autres acccusés ont été condamnés à des peines allant de 8 à 18 ans de prison.
  
Quelque 5.000 prisonniers ont été detenus dans le camp militaire de Campo de Mayo durant la dictature militaire, selon des associations de défense des droits de l'Homme.
  

Première publication : 13/08/2009

COMMENTAIRE(S)