Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Le viol, fléau mondial"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Simone Gbagbo rejette toutes les charges au premier jour de son procès à Abidjan

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Hugo Lloris : "On a envie d'aller le plus loin possible pendant l'Euro"

En savoir plus

FOCUS

Terrorisme au Bangladesh : des activistes visés par Al-Qaïda et l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le mystère Henri Pick", une enquête littéraire signée David Foenkinos

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Des pénuries en série au Venezuela et l'industrie du jeu vidéo africain

En savoir plus

LE DÉBAT

Hissene Habré condamné, un verdict pour l'exemple ? (partie 1)

En savoir plus

LE DÉBAT

Hissene Habré condamné, un verdict pour l'exemple ? (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gare au gorille"

En savoir plus

Amériques

Un ancien général de la dictature condamné à perpétuité

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/08/2009

L'ancien responsable du camp militaire de Campo de Mayo, où près de 5 000 personnes auraient trouvé la mort pendant la dictature, a été condamné à la prison à perpétuité pour violations des droits de l'Homme.

AFP - L'ancien général Santiago Omar Riveros, responsable d'un des plus grands centres de détention pendant la dictature en Argentine, a été comdamné mercredi à la prison à perpétuité pour violations des droits de l'Homme.
  
Santiago Omar Riveros, en charge du camp militaire de Campo de Mayo durant la dictature (1976-83), a été reconnu coupable du meurtre de Floreal Avellaneda, un adolescent de 15 ans, et de l'enlèvement de sa mère, Iris Avellaneda.
  
Le jeune homme, membre de la Fédération des jeunesses communistes, avait été torturé puis battu à mort.
  
Pour ce crime, le tribunal a également condamné à 25 ans de prison Fernando Verplaetsen, ex-chef de la police de Buenos Aires.
  
Quatre autres acccusés ont été condamnés à des peines allant de 8 à 18 ans de prison.
  
Quelque 5.000 prisonniers ont été detenus dans le camp militaire de Campo de Mayo durant la dictature militaire, selon des associations de défense des droits de l'Homme.
  

Première publication : 13/08/2009

COMMENTAIRE(S)