Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de la Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

Asie - pacifique

Les candidats à la présidentielle s'inspirent des méthodes d'Obama

Texte par Leela JACINTO

Dernière modification : 14/08/2009

À l'instar de l'ancien candidat démocrate à la Maison Blanche, Barack Obama, plusieurs prétendants à la présidence afghane profite de l'essor du Net pour mener campagne. Avec un succès mitigé.

Tooryalai Totakhil ne s’en cache pas : il est devenu accro à Internet depuis le début de la campagne présidentielle afghane.


Presque chaque jour, cet étudiant en sciences politiques âgé de 22 ans ne peut s’empêcher de se connecter sur Facebook, et d’autres sites web, afin de se procurer sa dose d’informations sur la course à la magistrature suprême.
 
"Je me rends sur le Net, et en particulier sur Facebook, afin de me tenir au courant du programme et des stratégies des candidats en lice… Je veux pouvoir déterminer qui sera le meilleur président pour le pays", affirme à FRANCE 24 le jeune étudiant de Kaboul.

Pour la première fois dans l’histoire politique du pays, les candidats à la présidentielle, ainsi qu’un nombre croissant d’Agfhans, se tournent vers le Web en vue des élections générales qui se tiendront le 20 août.
 
A peine huit ans après la chute des Taliban, Internet étend sa toile dans le pays. D’après des estimations du gouvernement américain, l’Afghanistan comptait quelques 580 000 internautes en 2007. Avec plus de 70 % d’analphabètes (sur une population estimée à 31 millions d’habitants), l’accès à Internet semble toutefois loin de se démocratiser.
  
Face à une demande toujours plus pressante, les cafés internet se sont multipliés dans le pays. Aujourd’hui, de nombreux jeunes Afghans, qu’ils viennent des grandes villes ou des régions les plus reculées, surfent avec autant d’aisance que les internautes des pays industrialisés.
 
"Je viens de parler avec un ami afghan qui était surpris de recevoir des mails en provenance des provinces les plus éloignées, affirme Thomas Ruttig, diplomate onusien et co-directeur de l’Afghanistan Analysts Network, un centre de recherche basé à Kaboul.

Cyberstars de demain ?

Quand, au début d’avril, il a officiellement lancé sa campagne présidentielle, Ramazan Bashardost, 44 ans, était considéré comme un "gomnaam", c'est-à-dire un candidat qui n’a aucune chance de gagner.
 
Faute de moyens financiers et de soutiens au sein de la classe politique afghane, la candidature de Bashardost n’avait, a priori, que peu de chance de se faire remarquer. Surfant sur la vague qui a porté le premier Noir à la tête des Etats-Unis, le jeune candidat n’a pas hésité à se présenter comme "l’Obama afghan". Avec un succès certain.
 
Au cours des derniers mois, Bashardost s’est donc inspiré des méthodes de l’ex-candidat à la présidentielle américaine. Et s’il n’est toujours pas possible de faire des donations online sur son site officiel, Bashardost a mis au point un dispositif permettant aux membres de la diaspora afghane de déposer des chèques en dollars américains sur son compte de campagne.
 
Mais davantage que sur les sites officiels, c’est sur Facebook que le véritable affrontement virtuel se déroule. Bashardost bénéficie ainsi d’une douzaine de pages "Supportez Bashardost" sur le célèbre réseau social. Certaines d’entre elles comptabilisent jusqu'à 700 membres.

Son rival Ashraf Ghani, ex-ministre des Finances, peut quant à lui se targuer d’avoir inspiré 15 groupes Facebook, dont certianes d'entre elles possèdent 800 membres. La page "Un million (de personnes) pour Ashraf Ghani" en totalisait plus de 740 au dernier décompte.
 
Méfiance envers les médias privés

Bien que populaires sur le Web, Ghani et Bashardost peinent à obtenir la même audience que les poids-lourds politiques du pays. Fort de ses soutiens au sein d’une société afghane encore traditionnelle et tribale, le président sortant de l’Afghanistan, Hamid Karzaï, reste le grand favori du scrutin. Selon un rapport publié par le Comité électoral indépendant, le numéro un afghan bénéficie, en outre, d’une plus large couverture médiatique que ses rivaux.

Il faut dire que les nombreux journaux, stations de radio et chaînes de télévision qui ont vu le jour ces dernières années ne font pas preuve de la plus grande impartialité. Détenus principalement par des leaders religieux et des chefs de tribu, ces nouveaux médias privés consacrent la grande majorité de leurs informations aux hommes politiques pour lesquels ils ont jeté leur dévolu. Et c’est précisément ce manque d’objectivité flagrant qui a poussé Tooryalai Totakhil à se tourner vers le Web.

"Il a y une grosse différence entre ce que vous voyez dans les journaux et à la télé, et ce que vous pouvez trouver sur Internet, explique le jeune afghan. Je ne fais pas confiance aux chaînes de télévision. C’est pour cela aussi que beaucoup de mes amis préfèrent utiliser Internet. Et avoir accès à une plus grande variété d’opinions."

Première publication : 13/08/2009

COMMENTAIRE(S)