Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Les drones, des jouets qui peuvent être dangereux

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile témoigne de la tempête de neige aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Le nucléaire iranien et Jérusalem sous tension après l’attaque contre une synagogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les filières jihadistes en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Urgence sécheresse

En savoir plus

Asie - pacifique

Pékin et Moscou parviennent à édulcorer la déclaration de l'ONU

Vidéo par Lizzie TREU

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/08/2009

Face aux réticences de la Russie et de la Chine, le Conseil de sécurité de l'ONU a fini par adopter une déclaration timide sur la sentence prononcée contre l'opposante birmane Aung San Suu Kyi, dont il n'exige pas la libération.

AFP - Le Conseil de sécurité des Nations unies a approuvé une déclaration édulcorée sur la Birmanie, exprimant sa "grave préoccupation" après la prolongation de l'assignation à résidence d'Aung San Suu Kyi et appelant à la libération des prisonniers politiques.

L'ambassadeur de Grande-Bretagne à l'ONU, John Sawers, qui préside le conseil ce mois-ci, a lu la déclaration au nom de ses 15 membres, indiquant qu'il s'agissait de l'"expression d'une grave préoccupation concernant l'issue" du procès de la dirigeante de l'opposition birmane.

Aung San Suu Kyi, lauréate du prix Nobel de la Paix, a été condamnée mardi à trois ans de prison et de travaux forcés, commués par le dirigeant de la junte, Than Shwe, en 18 mois supplémentaires de résidence surveillée. Elle avait, selon ses juges, violé les termes de son assignation à résidence en hébergeant brièvement en mai un Américain qui s'était invité chez elle en nageant jusqu'à son domicile.

"Les membres du Conseil de sécurité expriment leur grave préoccupation face à l'inculpation et à la condamnation de Daw Aung San Suu Kyi et à son impact politique", selon le communiqué. Il rappelle "l'importance de la libériton de tous les prisonniers politiques".

"Nous savons tous que les différents membres du Conseil de sécurité ont des visions différentes de la situation (en Birmanie) et que l'opinion tranchée de plusieurs capitales occidentales n'est pas entièrement partagée par d'autres pays", a déclaré M. Sawers afin d'expliquer pourquoi le texte initial proposé par les Etats-Unis a été édulcoré.

Le texte prend note de la décision du gouvernement birman de réduire la peine infligée à Mme Suu Kyi et presse le régime de "prendre d'autres mesures pour créer les conditions nécessaires à un dialogue véritable avec Daw Aung San Suu Kyi ainsi que toutes les parties concernées et les groupes ethniques afin de parvenir à une réconciliation nationale complète".

Il exprime aussi le respect du conseil envers "la souveraineté et l'intégrité territoriale du Myanmar", le nom officiel de la Birmanie.

Ce texte est une version adoucie de celui qui avait été initialement proposé par les Etats-Unis, qui "réprouv(ait) la condamnation et la sentence infligée à Aung San Suu Kyi et exprim(ait) une grave inquiétude sur l'impact politique que ce geste a sur la situation" en Birmanie.

Les 15 membres du Conseil avaient interrompu leurs entretiens à huis-clos mardi soir sans parvenir à s'entendre sur le projet de texte porté par les Etats-Unis, certains pays, dont les détenteurs de veto que sont la Chine et la Russie, ainsi que le Vietnam, insistant pour consulter leurs capitales.

La Chine, principal allié du régime birman, avait appelé mercredi la communauté internationale à respecter la souveraineté de la justice birmane.

Les consultations s'étaient poursuivies mercredi mais une réunion plénière du Conseil de sécurité, prévue dans l'après-midi, avait été annulée.

La déclaration, non contraignante, nécessitait l'unanimité des 15 membres du Conseil.

Première publication : 13/08/2009

COMMENTAIRE(S)