Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tensions inter-religieuses au Nigeria : Multiplication de crimes contre des chrétiens

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Lady Liberty" : emblème de l'Amérique et symbole de liberté

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La saison des tubes de l'été est lancée !

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : au Canada, les critères d'accueil des réfugiés jugés discriminatoires envers les musulmans

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'important, c'est de participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Erdogan : "Les putschistes avouent que les instructions sont venues de Gülen"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le G20 presse le Royaume-Uni de lancer ses négociations commerciales avec l'UE

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nice, l'indécente polémique"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

JO-2016 : Les Français en route pour Rio

En savoir plus

EUROPE

Nouvelle vague de violence en Tchétchénie et au Daguestan

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/08/2009

Huit policiers, deux rebelles tchétchènes et sept civils ont trouvé la mort au Daguestan et en Tchétchénie, ce vendredi. Le Caucase russe est actuellement le théâtre d'attaques de rebelles séparatistes et islamistes à répétition.

Reuters - Sept femmes ont été abattues dans un sauna vendredi au Daghestan, au coeur d'un Caucause miné par les attaques des rebelles islamistes que Moscou éprouve des difficultés grandissantes à endiguer.
 

Au moment où la fusillade avait lieu, d'autres insurgés islamistes ont attaqué un barrage de police à une quarantaine de km de la capitale de la République, Makhachkala. Quatre policiers ont été tués, a indiqué la police.
 

Par ailleurs, quatre policiers et deux rebelles séparatistes sont morts lors d'un affrontemernt en Tchétchénie près de la capitale, Grozny, rapportent les agences de presse russes. Un autre accrochage a fait cinq blessés chez les forces de l'ordre.
 

Mercredi, le ministre de la Construction de l'Ingouchie, autre république russe du nord-Caucase, a été abattu à bout portant dans son bureau, pourtant sévèrement gardé.
 
 

Première publication : 14/08/2009

COMMENTAIRE(S)