Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

G5 Sahel : le don de 100 millions de dollars de Riyad

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Trump souhaite toujours une solution à deux États", selon Riyad

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Elections sénatoriales américaines : "Thank You Alabama" inonde twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mariana", blessures chiliennes

En savoir plus

FOCUS

Niger : Agadez, perle du désert devenue hub migratoire

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Morales : "Le retrait des États-Unis de l'accord de Paris, un signe de mépris"

En savoir plus

FACE À FACE

La droite est-elle de retour avec Laurent Wauquiez ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : coup d'envoi de la réforme de l'assurance-chômage

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une femme "moderne" ne peut pas être victime de violences conjugales"

En savoir plus

EUROPE

Nouvelle vague de violence en Tchétchénie et au Daguestan

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/08/2009

Huit policiers, deux rebelles tchétchènes et sept civils ont trouvé la mort au Daguestan et en Tchétchénie, ce vendredi. Le Caucase russe est actuellement le théâtre d'attaques de rebelles séparatistes et islamistes à répétition.

Reuters - Sept femmes ont été abattues dans un sauna vendredi au Daghestan, au coeur d'un Caucause miné par les attaques des rebelles islamistes que Moscou éprouve des difficultés grandissantes à endiguer.
 

Au moment où la fusillade avait lieu, d'autres insurgés islamistes ont attaqué un barrage de police à une quarantaine de km de la capitale de la République, Makhachkala. Quatre policiers ont été tués, a indiqué la police.
 

Par ailleurs, quatre policiers et deux rebelles séparatistes sont morts lors d'un affrontemernt en Tchétchénie près de la capitale, Grozny, rapportent les agences de presse russes. Un autre accrochage a fait cinq blessés chez les forces de l'ordre.
 

Mercredi, le ministre de la Construction de l'Ingouchie, autre république russe du nord-Caucase, a été abattu à bout portant dans son bureau, pourtant sévèrement gardé.
 
 

Première publication : 14/08/2009

COMMENTAIRE(S)