Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

Moyen-Orient

Le chef du groupe salafiste qui a défié le Hamas a été tué

Vidéo par Gwladys SAVERY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/08/2009

Vingt-quatre membres du groupe salafiste Djound Ansar Allah, qui a défié le Hamas en proclamant un "émirat islamique" dans la bande de Gaza, ont été tués dans des affrontements, à Rafah. Parmi eux, leur chef, Abdelatif Moussa (photo).

AFP - Le mouvement islamiste palestinien Hamas a écrasé à Rafah (sud) un groupuscule radical islamiste qui défiait son autorité dans la bande de Gaza, lors d'une opération sanglante qui a fait 24 morts, selon un dernier bilan des services d'urgence palestiniens.
   
Parmi les morts figure le chef de ce groupe salafiste appelé Jund Ansar Allah ("Les soldats des partisans de Dieu"), Abdelatif Moussa.
   
Idéologiquement proche d'Al-Qaïda, Jund Ansar Allah a déclaré une guerre religieuse dans le territoire afin d'imposer la charia, la loi islamique.
   
"Les heurts qui ont opposé dans la nuit de vendredi à samedi le Hamas et un groupe d'extrémistes dans le sud de la bande de Gaza ont fait 24 morts et au moins 130 blessés", a indiqué à l'AFP un porte-parole des services d'urgence palestiniens.
   
En outre, quatre des blessés sont considérés comme "cliniquement morts" et les autres sont "grièvement atteints".
   
Cinq policiers du Hamas ainsi que Mohammed el-Chamali, un chef local des Brigades al-Qassam --la branche armée du Hamas-- figurent également parmi les décédés et dix policiers ont été blessés, a précisé la même source.
   
La police du Hamas a par ailleurs fait état de l'arrestation de "80 hors-la-loi", en référence aux salafistes.
   
Un porte-parole du Hamas, Taher al-Nounou, a lui accusé les services de sécurité de l'Autorité palestinienne de collusion avec le groupe Jund Ansar Allah "afin de répandre l'instabilité et l'insécurité dans la bande de Gaza".
   
L'Autorité palestinienne, que dirige le président Mahmoud Abbas, a rejeté la responsabilité des violences sur le Hamas, estimant dans un communiqué qu'elles étaient la "conséquence naturelle du putsch qui a divisé la patrie et l'absence d'un Etat de droit" à Gaza.
   
Le Hamas a pris le pouvoir à Gaza en juin 2007 par un coup de force aux dépens de l'Autorité palestinienne.
   
Vendredi, entouré de combattants armés, le chef du Jund Ansar Allah n'avait pas hésité à proclamer son allégeance à un "Emirat islamique", qui devait commencer à être implanté dans le secteur de Rafah.
   
La police du Hamas avait donné l'assaut à l'arme lourde contre la mosquée de Rafah où s'étaient retranchés des membres du groupuscule.
   
Le mouvement, qui compterait quelques dizaines d'activistes et plusieurs centaines de sympathisants, opère essentiellement dans le sud du territoire.
   
Ses membres ont menacé les propriétaires de cafés internet d'incendier leurs établissements, et veulent imposer davantage de pudeur et de rigueur vestimentaire dans les rues et sur les plages de Gaza.
   
Jund Ansar Allah accuse régulièrement le Hamas de ne pas appliquer la charia, ce dernier rétorquant avoir pour priorité la lutte contre Israël.
   
Selon une source médicale, le chef spirituel de Jund Ansar Allah, Abdelatif Moussa, et son adjoint, Abou Abdallah Assoury, ont trouvé la mort quand la police a fait sauter une maison où ils se trouvaient à Rafah.
   
Des témoins ont confirmé avoir entendu des explosions, sans pouvoir préciser si Abdelatif Moussa s'était lui-même donné la mort en actionnant une charge. Le ministère de l'Intérieur du Hamas a affirmé pour sa part qu'il avait été tué lors d'échanges de tirs avec la police.
   
Les combats se sont poursuivis jusqu'à l'aube samedi, a indiqué un porte-parole du ministère de l'Intérieur du Hamas, ajoutant que "des combats acharnés" avaient "même eu lieu dans des tunnels creusés sous la frontière avec l'Egypte". Rafah est à cheval sur la frontière égyptienne.
   
Le calme est revenu samedi matin, selon le porte-parole, qui a annoncé la réouverture du terminal routier de Rafah entre la bande de Gaza et l'Egypte pour permettre à quelque 2.450 fidèles musulmans du territoire d'effectuer le pèlerinage de La Mecque.
 

Première publication : 15/08/2009

COMMENTAIRE(S)