Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Le sénateur américain Jim Webb a rencontré le numéro un birman

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 15/08/2009

À la suite de la rencontre entre le sénateur Jim Webb (photo) et le généralissime Than Shwe, la Birmanie annonce l'expulsion prochaine de l'Américain condamné à sept ans de prison pour avoir rendu visite à l'opposante Aung San Suu Kyi.

Un sénateur américain, spécialiste d’Asie du Sud-Est et proche de Barack Obama, a été reçu samedi à Naypyidaw, capitale administrative de la Birmanie, par le chef de la junte birmane, le général Than Shwe, pour une rencontre historique.

 

À la suite de leur entretien, le régime birman a annoncé l'expulsion prochaine de l'Américain John Yettaw, qui avait été condamné à sept ans de prison et de travaux forcés pour avoir avoir brièvement séjourné, au mois de mai, chez  l'opposante Aung Sann Suu Kyi.
 

Le sénateur démocrate de la Virginie, Jim Webb, est le premier haut responsable américain à être reçu par le numéro un birman, quatre jours seulement après l’annonce d’une nouvelle assignation à résidence pour l’opposante Aung San Suu Kyi qui a valu à la Birmanie la condamnation de la communauté internationale.

 

Cette rencontre avait été annoncée jeudi par le cabinet de Jim Webb, puis confirmée vendredi matin par un représentant du régime birman. Selon des membres de l’administration Obama, parlant sous couvert d’anonymat, en raison de la nature ultrasensible de la rencontre, Jim Webb fait cette visite à titre indépendant et "ne porte aucun message de l’administration". Le sénateur a tout de même été briefé par le département d’Etat avant son départ. Vétéran de la guerre du Vietnam et ancien journaliste spécialiste de l’Asie du Sud-Est, Jim Webb préside une sous-commission des Affaires étrangères du Sénat.

 

Pour certains responsables américains, cette visite offre l’opportunité d’ouvrir des canaux de communication avec un régime reclus et replié sur lui-même. "C’est important pour le gouvernement birman d’entendre la voix forte des dirigeants américains sur un avenir tourné vers la démocratie, la bonne gouvernance, et une vraie réconciliation nationale", a déclaré Mike Hammer, un porte-parole du Conseil de sécurité national américain. En mars dernier, le directeur des Affaires d’Asie du Sud-Est au département d’Etat américain, Stephen Blake, a rencontré le ministre birman des Affaires étrangères, mais pas Than Shwe lui-même.

 

Pas de rencontre confirmée avec la "Dame de Rangoun"

 

Avant cela, Jim Webb avait rencontré des représentants de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), la principale formation d'opposition birmane dirigée par Mme Suu Kyi. Il devrait ensuite se rendre à Rangoun, la plus grande ville de Birmanie, où il pourrait rencontrer séparément Mme Suu Kyi et M. Yettaw. La santé de M. Yettaw est fragile. Il a eu plusieurs crises d'épilepsie en détention.
 

Aung San Suu Kyi, âgée de 64 ans, a déjà été privée de liberté pendant 14 des 20 dernières années. Le Conseil de sécurité de l'ONU a adoptée, jeudi, une déclaration dans laquelle il exprime sa "grave préoccupation" après le verdict de l’opposante et l’Union européenne (UE) a annoncé le renforcement de sanctions ciblées contre les responsables birmans.

 

Vendredi, le ministre thaïlandais des Affaires étrangères, Kasit Piromya, a déclaré que Bangkok cherchait à favoriser "un consensus" parmi les membres de l'Association des nations d'Asie du Sud-Est (Asean) pour "demander [au régime birman] de gracier Aung San Suu Kyi".

Première publication : 15/08/2009

COMMENTAIRE(S)