Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Asie - pacifique

Séoul appelle Pyongyang à négocier un désarmement

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/08/2009

Lee Myung-bak, le président de la Corée du Sud, appelle Pyongyang à négocier un accord portant sur la réduction du nombre d'armes conventionnelles et de soldats massés de part et d'autre de la frontière entre les deux pays.

Reuters - Le président sud-coréen Lee Myung-bak a proposé samedi à la Corée du Nord de rechercher un accord sur une réduction du nombre d'armements massés des deux côtés de la frontière lourdement gardée entre les deux pays.

 

Il a égalemement répété être résolu à livrer une aide humanitaire à Pyongyang si le régime met définitivement fin à son programme nucléaire.

 

"Si le Nord et le Sud réduisent le nombre d'armes conventionelles et de soldats, d'immenses ressources deviendront disponibles pour améliorer l'économie des deux côtés", a déclaré Lee lors d'un discours marquant les commémorations de la fin de l'occupation japonaise de la péninsule, en 1945.

 

Plus d'un million de soldats sont postés de part et d'autre de la zone démilitarisée qui sépare la péninsule coréenne en deux depuis le cessez-le-feu qui a suspendu la Guerre de Corée en 1953.

 

"Il est à présent temps pour le Nord et le Sud de s'asseoir autour d'une même table pour évoquer ces questions", a ajouté Lee.

 

La Corée du Nord a été vivement mécontentée par la décision du conservateur Lee, arrivé au pouvoir en février 2008, de cesser les livraisons humanitaires sans conditions et de les lier aux progrès effectués par Pyongyang dans le démantèlement de ses programmes nucléaires et de missiles balistiques.

 

Première publication : 15/08/2009

COMMENTAIRE(S)