Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La Toile mexicaine réclame la démission du président

En savoir plus

FOCUS

Mines d'uranium en Inde : les populations sacrifiées de Jadugoda

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Nouveaux jardins d'idées

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ottawa, la fin de l'innocence"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les "étudiants attardés" du PS"

En savoir plus

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

Asie - pacifique

Séoul appelle Pyongyang à négocier un désarmement

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/08/2009

Lee Myung-bak, le président de la Corée du Sud, appelle Pyongyang à négocier un accord portant sur la réduction du nombre d'armes conventionnelles et de soldats massés de part et d'autre de la frontière entre les deux pays.

Reuters - Le président sud-coréen Lee Myung-bak a proposé samedi à la Corée du Nord de rechercher un accord sur une réduction du nombre d'armements massés des deux côtés de la frontière lourdement gardée entre les deux pays.

 

Il a égalemement répété être résolu à livrer une aide humanitaire à Pyongyang si le régime met définitivement fin à son programme nucléaire.

 

"Si le Nord et le Sud réduisent le nombre d'armes conventionelles et de soldats, d'immenses ressources deviendront disponibles pour améliorer l'économie des deux côtés", a déclaré Lee lors d'un discours marquant les commémorations de la fin de l'occupation japonaise de la péninsule, en 1945.

 

Plus d'un million de soldats sont postés de part et d'autre de la zone démilitarisée qui sépare la péninsule coréenne en deux depuis le cessez-le-feu qui a suspendu la Guerre de Corée en 1953.

 

"Il est à présent temps pour le Nord et le Sud de s'asseoir autour d'une même table pour évoquer ces questions", a ajouté Lee.

 

La Corée du Nord a été vivement mécontentée par la décision du conservateur Lee, arrivé au pouvoir en février 2008, de cesser les livraisons humanitaires sans conditions et de les lier aux progrès effectués par Pyongyang dans le démantèlement de ses programmes nucléaires et de missiles balistiques.

 

Première publication : 15/08/2009

COMMENTAIRE(S)