Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Vidéo : à Rafah, les habitants sont pris au piège

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Afrique

Évacuation de 4 000 membres d'une secte islamique

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/08/2009

Plus de 4 000 membres de la secte islamique Darul Islam, réunis dans le centre du pays, ont été évacués dans le calme par la police pour, selon elle, "prévenir une crise religieuse" similaire à celle qui s'est achevée il y a dix jours.

AFP - La police nigériane est intervenue ce week-end pour évacuer pacifiquement 4.000 membres de la secte islamique Darul Islam dans le centre du pays, dix jours après la fin de sanglants combats avec une autre secte plus radicale ayant fait plus de 800 morts dans le nord du pays.
   
Environ 1.500 policiers venus d'Abuja ont procédé samedi à ces opérations dans la ville de Mokwa, à 100 kilomètres au nord de Minna, capitale de l'Etat du Niger (centre), a indiqué dimanche à l'AFP le commissaire de police Mike Zuokumor.
   
Les religieux n'ont opposé aucune résistance et aucune arme n'a été saisie à leur communauté, a-t-il dit, expliquant que "l'opération a été pacifique" et visait à "prévenir une crise religieuse" similaire à celle qui a ensanglanté le nord ces dernières semaines.
   
Les membres de la secte "sont retenus dans un collège technique afin d'être interrogés sur leurs activités", a-t-il précisé.
   
Ils seront poursuivis s'il s'avère que leur activité nuit à la paix religieuse dans l'Etat, a-t-il ajouté.
   
"Nous ne voulons pas que l'épisode de Boko Haram se répète dans l'Etat de Niger", a déclaré à l'AFP un porte-parole du gouvernement local.
   
Cependant le chef du groupe religieux, Malam Bashiru Abdullahi Sulaiman, joint par téléphone par l'AFP, a expliqué que le Darul Islam avait été créé il y a seize ans pour "pratiquer (notre) foi de la manière la plus pure et pour ne pas se mélanger avec les gens ordinaires"
   
Plus de 800 personnes sont mortes entre fin juillet et début août dans de violents affrontements entre l'armée et des membres d'une autre secte, les Boko Haram surnommés "talibans", dans cinq Etats du Nord.
   
De violents combats à Maiduguri, fief des fondamentalistes et capitale de l'Etat de Borno (nord-est), avaient notamment fait 780 morts, selon la Croix-Rouge nigériane. Le chef de Boko Haram, Mohammed Yusuf, y avait été arrêté, avant d'être tué dans des circonstances non encore élucidées.
   
Le président Umaru Yar'Adua a ordonné le 6 août une enquête sur les violences à Maiduguri et la mort de Yusuf.
   
Les combats avaient commencé le 26 juillet quand des membres de Boko Haram, qui se réclament des talibans d'Afghanistan, avaient tenté d'attaquer un poste de police dans l'Etat de Bauchi (nord).
   
Les violences s'étaient ensuite étendues aux Etats de Kano, Yobe Katsina et Borno.
   
 

Première publication : 16/08/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)