Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • Allemagne – Argentine : suivez la finale en direct

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le sénateur Jim Webb et John Yettaw sont arrivés en Thaïlande

©

Vidéo par Gwladys SAVERY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/08/2009

À son arrivée en Thaïlande, où il a obtenu la libération de son compatriote John Yettaw, Jim Webb a exhorté Pékin à "user de son influence" auprès de la junte birmane pour faire évoluer la situation de l'opposante Aung San Suu Kyi.

AFP - Le sénateur américain Jim Webb a vu sa proposition de mettre fin aux sanctions contre la Birmanie renforcée après avoir obtenu la libération d'un de ses concitoyens, mais ses détracteurs lui reprochent d'avoir offert à la junte l'occasion d'un coup publicitaire.
   
M. Webb est reparti de Birmanie dimanche accompagné de John Yettaw, un Américain condamné mardi à sept ans de prison et de travaux forcés pour s'être invité au domicile de l'opposante birmane Aung San Suu Kyi, privée de liberté pendant quatorze des vingt dernières années.
   
L'élu démocrate a obtenu l'expulsion de M. Yettaw auprès du chef de la junte, le généralissime Than Shwe, dirigeant reclus qu'il est devenu le premier responsable américain à rencontrer.
   
Il a aussi pu s'entretenir avec Mme Suu Kyi, qui a écopé d'une assignation a résidence supplémentaire de 18 mois, sans rien pouvoir faire de plus pour elle.
   
Critiquant ouvertement l'action de M. Yettaw, M. Webb a affirmé dimanche n'avoir rien offert aux généraux en contrepartie de leur clémence, et a dit espérer que sa visite permettrait d'établir "la confiance, susceptible d'aboutir à une meilleure situation à l'avenir".
   
Ancien combattant de la guerre du Vietnam et secrétaire à la Marine à la fin des années 1980, M. Webb estime de longue date que les sanctions européennes et américaines contre la Birmanie ont échoué et qu'elles causent plus de tort à la population qu'à la junte.
   
Sa visite birmane a été fortement critiquée par Aung Din, directeur d'une organisation d'exilés birmans aux Etats-Unis, US Campaign for Burma. Selon lui, la junte "a récompensé" M. Webb pour son opposition aux sanctions.
   
De plus, estime-t-il, les Etats-Unis risquent d'apparaître aux yeux du peuple birman, comme enclins à s'accomoder des dictateurs "dès lors qu'ils récupèrent leurs citoyens".
   
Chef de la sous-commission sénatoriale des Affaires étrangères sur l'Asie, M. Webb se heurte à ses pairs du Congrès qui ont voté à une majorité écrasante un régime de sanctions commerciales contre la Birmanie. Mme Suu Kyi elle même soutient cette mesure.
   
Et l'administration Obama, tout particulièrement la secrétaire d'Etat Hillary Clinton, estime d'une manière générale que les sanctions sont un instrument efficace de la diplomatie.
   
"Aujourd'hui, Webb est minoritaire, mais avec un succès mineur comme celui-ci, ou du moins présenté comme tel, il pourrait attirer les indécis de son côté", estime John Dale, spécialiste de la Birmanie à l'Université George Mason, en Virginie (est).
   
Selon lui, "députés et sénateurs font l'objet de pressions fortes pour privilégier le dialogue aux sanctions quand ils le peuvent".
   
Le gouvernement américain a reconnu avoir tenté avec les généraux cette politique de la main tendue pratiquée avec l'Iran et Cuba, mais y avoir coupé court lorsque la junte s'en est pris de nouveau à Mme Suu Kyi.
   
Pour M. Dale, l'objectif de la junte est "de jouer la montre" jusqu'aux élections convoquées pour 2010.
   
Washington a averti que le scrutin serait une imposture si l'opposition n'y participe pas.
   
Malheureusement, M. Yettaw a fourni à la junte un prétexte en or pour boucler Mme Suu Kyi jusqu'au vote, fait remarquer Walter Lohman, directeur du Centre d'études asiatiques de la fondation Heritage, cercle de réflexion conservateur.
   
Qui plus est, estime-t-il, les généraux "sont assurément les grands gagnants de l'histoire" en ce qu'ils ont réussi à braquer les projecteurs des médias sur un régime isolé discutant avec un responsable américain.

Première publication : 16/08/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)