Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG neutralisé par l'Ajax

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Succès diplomatique pour le sénateur Webb, qui achève sa visite

Vidéo par Gwladys SAVERY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/08/2009

Le sénateur américain, qui vient d'effectuer une visite en Birmanie au cours de laquelle il a rencontré l'opposante Aung San Suu Kyi, est arrivé à Bangkok en compagnie de l'Américain John Yettaw, dont il a obtenu l'expulsion.

AFP - Le sénateur américain Jim Webb a vu sa proposition de mettre fin aux sanctions contre la Birmanie renforcée après avoir obtenu la libération d'un de ses concitoyens, mais ses détracteurs lui reprochent d'avoir offert à la junte l'occasion d'un coup publicitaire.
   
M. Webb est reparti de Birmanie dimanche accompagné de John Yettaw, un Américain condamné mardi à sept ans de prison et de travaux forcés pour s'être invité au domicile de l'opposante birmane Aung San Suu Kyi, privée de liberté pendant quatorze des vingt dernières années.
   
L'élu démocrate a obtenu l'expulsion de M. Yettaw auprès du chef de la junte, le généralissime Than Shwe, dirigeant reclus qu'il est devenu le premier responsable américain à rencontrer.
   
Il a aussi pu s'entretenir avec Mme Suu Kyi, qui a écopé d'une assignation a résidence supplémentaire de 18 mois, sans rien pouvoir faire de plus pour elle.
   
Critiquant ouvertement l'action de M. Yettaw, M. Webb a affirmé dimanche n'avoir rien offert aux généraux en contrepartie de leur clémence, et a dit espérer que sa visite permettrait d'établir "la confiance, susceptible d'aboutir à une meilleure situation à l'avenir".
   
Ancien combattant de la guerre du Vietnam et secrétaire à la Marine à la fin des années 1980, M. Webb estime de longue date que les sanctions européennes et américaines contre la Birmanie ont échoué et qu'elles causent plus de tort à la population qu'à la junte.
   
Sa visite birmane a été fortement critiquée par Aung Din, directeur d'une organisation d'exilés birmans aux Etats-Unis, US Campaign for Burma. Selon lui, la junte "a récompensé" M. Webb pour son opposition aux sanctions.
   
De plus, estime-t-il, les Etats-Unis risquent d'apparaître aux yeux du peuple birman, comme enclins à s'accomoder des dictateurs "dès lors qu'ils récupèrent leurs citoyens".
   
Chef de la sous-commission sénatoriale des Affaires étrangères sur l'Asie, M. Webb se heurte à ses pairs du Congrès qui ont voté à une majorité écrasante un régime de sanctions commerciales contre la Birmanie. Mme Suu Kyi elle même soutient cette mesure.
   
Et l'administration Obama, tout particulièrement la secrétaire d'Etat Hillary Clinton, estime d'une manière générale que les sanctions sont un instrument efficace de la diplomatie.
   
"Aujourd'hui, Webb est minoritaire, mais avec un succès mineur comme celui-ci, ou du moins présenté comme tel, il pourrait attirer les indécis de son côté", estime John Dale, spécialiste de la Birmanie à l'Université George Mason, en Virginie (est).
   
Selon lui, "députés et sénateurs font l'objet de pressions fortes pour privilégier le dialogue aux sanctions quand ils le peuvent".
   
Le gouvernement américain a reconnu avoir tenté avec les généraux cette politique de la main tendue pratiquée avec l'Iran et Cuba, mais y avoir coupé court lorsque la junte s'en est pris de nouveau à Mme Suu Kyi.
   
Pour M. Dale, l'objectif de la junte est "de jouer la montre" jusqu'aux élections convoquées pour 2010.
   
Washington a averti que le scrutin serait une imposture si l'opposition n'y participe pas.
   
Malheureusement, M. Yettaw a fourni à la junte un prétexte en or pour boucler Mme Suu Kyi jusqu'au vote, fait remarquer Walter Lohman, directeur du Centre d'études asiatiques de la fondation Heritage, cercle de réflexion conservateur.
   
Qui plus est, estime-t-il, les généraux "sont assurément les grands gagnants de l'histoire" en ce qu'ils ont réussi à braquer les projecteurs des médias sur un régime isolé discutant avec un responsable américain.

Première publication : 16/08/2009

COMMENTAIRE(S)