Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Anticonstitutionnellement"

En savoir plus

LE DÉBAT

Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray : le renseignement a-t-il failli ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray : le renseignement a-t-il failli ? (Partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le retour "triomphal" d'Etienne Tshisekedi à Kinshasa après deux ans de convalescence en Belgique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les blockbusters de l'été : américains et musclés!

En savoir plus

FOCUS

La difficile lutte contre le trafic d’armes en Europe

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Sécurité : quel modèle en Israël ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La ligne Maginot des valeurs européennes"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Garder la foi"

En savoir plus

Asie - pacifique

Le chef d'un groupe extrémiste sunnite assassiné

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/08/2009

Ali Sher Haideri, chef du groupe extrémiste sunnite Sipah-e-Sahaba au Pakistan, a été tué par un homme qui a ouvert le feu sur lui à Pir Jo Goth, dans le sud du pays, avant d'être abattu à son tour par l'un des gardes de Haideri.

AFP - Le chef du groupe extrémiste sunnite Sipah-e-Sahaba au Pakistan, interdit depuis 2002 parce qu'impliqué notamment dans les violences perpétrées régulièrement contre la minorité chiite, a été tué lundi par un homme qui a été abattu à son tour, a annoncé la police.
  
Ali Sher Haideri, que ses partisans qualifiaient d'ouléma, a été attaqué par un homme qui a ouvert le feu sur lui à Pir Jo Goth, dans la province du Sind, dans le sud du Pakistan. Un de ses collaborateurs a également péri dans l'échange de coups de feu, tout comme l'agresseur, tué par un garde de Haideri, a expliqué à l'AFP Pir Muhammed Shah, un haut responsable de la police locale.
  
L'enquêteur pense que le tueur, qui a été "identifié", agissait dans le cadre d'une "querelle" personnelle.
  
Le Sipah-e-Sahaba, un groupe intégriste de la branche sunnite de l'islam, largement majoritaire au Pakistan, a été interdit en 2002 après avoir été impliqué dans de nombreuses attaques meurtrières visant notamment la communauté chiite, lesquelles sont monnaie courante dans le pays.
  
Les chiites sont à peine 20% parmi les quelque 168 millions d'habitants du Pakistan. Plus de 4.000 personnes ont été tuées depuis la fin des années 80 dans les violences entre sunnites et chiites, des membres de cette obédience en grande majorité.

Première publication : 17/08/2009

COMMENTAIRE(S)