Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Les statistiques ethniques, un rempart contre les discriminations ?

En savoir plus

DÉBAT

Hollande, trois ans après : promesses tenues ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le zélote de la lutte des classes"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hafsia Herzi de retour dans une comédie "certifiée Hallal"!

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Desunion Jack"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les promesses de Hollande à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

France-Afrique : un rapport parlementaire très critique appelle à une nouvelle politique africaine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "Faire de 'Je suis Charlie' une religion me dérange"

En savoir plus

FOCUS

Royaume-Uni : le système de santé, enjeu central des législatives

En savoir plus

Asie - pacifique

Le chef d'un groupe extrémiste sunnite assassiné

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/08/2009

Ali Sher Haideri, chef du groupe extrémiste sunnite Sipah-e-Sahaba au Pakistan, a été tué par un homme qui a ouvert le feu sur lui à Pir Jo Goth, dans le sud du pays, avant d'être abattu à son tour par l'un des gardes de Haideri.

AFP - Le chef du groupe extrémiste sunnite Sipah-e-Sahaba au Pakistan, interdit depuis 2002 parce qu'impliqué notamment dans les violences perpétrées régulièrement contre la minorité chiite, a été tué lundi par un homme qui a été abattu à son tour, a annoncé la police.
  
Ali Sher Haideri, que ses partisans qualifiaient d'ouléma, a été attaqué par un homme qui a ouvert le feu sur lui à Pir Jo Goth, dans la province du Sind, dans le sud du Pakistan. Un de ses collaborateurs a également péri dans l'échange de coups de feu, tout comme l'agresseur, tué par un garde de Haideri, a expliqué à l'AFP Pir Muhammed Shah, un haut responsable de la police locale.
  
L'enquêteur pense que le tueur, qui a été "identifié", agissait dans le cadre d'une "querelle" personnelle.
  
Le Sipah-e-Sahaba, un groupe intégriste de la branche sunnite de l'islam, largement majoritaire au Pakistan, a été interdit en 2002 après avoir été impliqué dans de nombreuses attaques meurtrières visant notamment la communauté chiite, lesquelles sont monnaie courante dans le pays.
  
Les chiites sont à peine 20% parmi les quelque 168 millions d'habitants du Pakistan. Plus de 4.000 personnes ont été tuées depuis la fin des années 80 dans les violences entre sunnites et chiites, des membres de cette obédience en grande majorité.

Première publication : 17/08/2009

COMMENTAIRE(S)