Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : l’opposante Diane Rwigara sort du silence

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Kalfon : "On peut faire de la politique en dehors du 7e arrondissement de Paris"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Waszczykowski : "Les mots de Macron envers la Pologne n'étaient pas nécessaires"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

ONU : comment l'organisation est-elle financée ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Baptêmes du feu à l'ONU"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il y a trop de murs, les gens ne se parlent plus"

En savoir plus

Asie - pacifique

Le chef d'un groupe extrémiste sunnite assassiné

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/08/2009

Ali Sher Haideri, chef du groupe extrémiste sunnite Sipah-e-Sahaba au Pakistan, a été tué par un homme qui a ouvert le feu sur lui à Pir Jo Goth, dans le sud du pays, avant d'être abattu à son tour par l'un des gardes de Haideri.

AFP - Le chef du groupe extrémiste sunnite Sipah-e-Sahaba au Pakistan, interdit depuis 2002 parce qu'impliqué notamment dans les violences perpétrées régulièrement contre la minorité chiite, a été tué lundi par un homme qui a été abattu à son tour, a annoncé la police.
  
Ali Sher Haideri, que ses partisans qualifiaient d'ouléma, a été attaqué par un homme qui a ouvert le feu sur lui à Pir Jo Goth, dans la province du Sind, dans le sud du Pakistan. Un de ses collaborateurs a également péri dans l'échange de coups de feu, tout comme l'agresseur, tué par un garde de Haideri, a expliqué à l'AFP Pir Muhammed Shah, un haut responsable de la police locale.
  
L'enquêteur pense que le tueur, qui a été "identifié", agissait dans le cadre d'une "querelle" personnelle.
  
Le Sipah-e-Sahaba, un groupe intégriste de la branche sunnite de l'islam, largement majoritaire au Pakistan, a été interdit en 2002 après avoir été impliqué dans de nombreuses attaques meurtrières visant notamment la communauté chiite, lesquelles sont monnaie courante dans le pays.
  
Les chiites sont à peine 20% parmi les quelque 168 millions d'habitants du Pakistan. Plus de 4.000 personnes ont été tuées depuis la fin des années 80 dans les violences entre sunnites et chiites, des membres de cette obédience en grande majorité.

Première publication : 17/08/2009

COMMENTAIRE(S)