Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Football : la Coupe d'Afrique des nations fait sa révolution

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump : 6 mois à la Maison Blanche

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Le budget de l'armée a connu une érosion constante"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les expositions incontournables de l'été 2017

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le premier grand test pour Macron vient de sa propre armée"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Emmanuel Macron, "l'adjudant de la République"

En savoir plus

FOCUS

Afrique du Sud : les abandons de bébés en hausse, les adoptions en baisse

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Face à Macron, le général de Villiers rend les armes

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Remaniement ministériel en Côte d'Ivoire

En savoir plus

Asie - pacifique

Le chef d'un groupe extrémiste sunnite assassiné

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/08/2009

Ali Sher Haideri, chef du groupe extrémiste sunnite Sipah-e-Sahaba au Pakistan, a été tué par un homme qui a ouvert le feu sur lui à Pir Jo Goth, dans le sud du pays, avant d'être abattu à son tour par l'un des gardes de Haideri.

AFP - Le chef du groupe extrémiste sunnite Sipah-e-Sahaba au Pakistan, interdit depuis 2002 parce qu'impliqué notamment dans les violences perpétrées régulièrement contre la minorité chiite, a été tué lundi par un homme qui a été abattu à son tour, a annoncé la police.
  
Ali Sher Haideri, que ses partisans qualifiaient d'ouléma, a été attaqué par un homme qui a ouvert le feu sur lui à Pir Jo Goth, dans la province du Sind, dans le sud du Pakistan. Un de ses collaborateurs a également péri dans l'échange de coups de feu, tout comme l'agresseur, tué par un garde de Haideri, a expliqué à l'AFP Pir Muhammed Shah, un haut responsable de la police locale.
  
L'enquêteur pense que le tueur, qui a été "identifié", agissait dans le cadre d'une "querelle" personnelle.
  
Le Sipah-e-Sahaba, un groupe intégriste de la branche sunnite de l'islam, largement majoritaire au Pakistan, a été interdit en 2002 après avoir été impliqué dans de nombreuses attaques meurtrières visant notamment la communauté chiite, lesquelles sont monnaie courante dans le pays.
  
Les chiites sont à peine 20% parmi les quelque 168 millions d'habitants du Pakistan. Plus de 4.000 personnes ont été tuées depuis la fin des années 80 dans les violences entre sunnites et chiites, des membres de cette obédience en grande majorité.

Première publication : 17/08/2009

COMMENTAIRE(S)