Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : la rançon ou la mort ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

Asie - pacifique

La main tendue de Karzaï aux chefs de guerre sous le feu des critiques

Vidéo par Claire BILLET

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/08/2009

À quatre jours des élections afghanes, le président sortant, Hamid Karzaï, a assisté à son premier duel télévisé face à ses deux grands rivaux. Attaqué sur ses liens avec des chefs de guerre, il s'est défendu de protéger le pays.

AFP - Le président afghan sortant Hamid Karzaï a justifié dimanche sa politique controversée d'alliances avec les chefs de guerre par la défense de l'intérêt national et la paix, lors de son premier débat télévisé à quatre jours des élections présidentielle et provinciales.

"J'ai défendu l'intérêt national, l'unité. Je l'ai fait (...) pour protéger l'Afghanistan et mettre fin à la guerre. Je ferai de même jusqu'à ce que j'arrive à ramener la paix totale dans le pays", a déclaré M. Karzaï au cours de ce débat, qui l'a opposé pendant une heure et demie à deux de ses principaux rivaux, ses anciens ministres Ashraf Ghani et Ramazan Bashardost.

M. Karzaï, chargé en 2001 par l'Occident de mener son pays sur la voie de la démocratie puis élu en 2004, est critiqué pour avoir scellé des alliances avec des chefs de guerre accusés de crimes entre 1992 et 2001, voire aujourd'hui encore, pour s'assurer le vote de leurs communautés à l'élection présidentielle de jeudi.

Ses deux adversaires n'ont pas manqué de le lui rappeler.

"Je n'ai pas passé d'accord avec un seul chef de guerre, n'ai pas offert de ministère, de poste de gouverneur ou de partie de l'Afghanistan à un seul d'entre eux", a souligné l'ancien ministre des Finances Ashraf Ghani.

"Les chefs de guerre ont aujourd'hui le rôle principal dans la campagne (de Karzaï, ndlr), l'un des leurs en est même le vice-président, et cela, le peuple d'Afghanistan ne peut l'accepter", a déclaré l'ancien ministre du Plan Ramazan Bashardost.

Il faisait allusion au chef de guerre tadjik Mohammad Qasim Fahim, colistier de Karzaï, accusé de crimes par des organisations de défense des droits de l'Homme.

"Si un seul de ces chefs de guerre a oppressé le peuple" depuis trente ans, "sa présence au gouvernement est inacceptable", a ajouté M. Bashardost

"Si je mentionne des noms, cela va se finir en combats de bouteilles", a-t-il poursuivi à propos du gouvernement Karzaï et sous les rires, en référence à certains débats houleux ces dernières années au parlement afghan, où les adversaires se sont envoyés des bouteilles d'eau minérale à la figure.

"Je me présente à nouveau car j'ai acquis de l'expérience", mais "malgré d'important progrès, le pays est toujours confronté à d'énormes problèmes", avait auparavant déclaré M. Karzaï. "J'ai la tolérance et la vision", a-t-il affirmé, en mettant en avant les progrès faits ces dernières années notamment en matière d'éducation, d'emploi et d'économie.

M. Bashardost a répondu que la croissance économique revendiquée par M. Karzaï était principalement nourrie par la drogue.

Le président a réaffirmé son souhait d'un changement de la stratégie internationale pour éviter les victimes civiles dans les combats, ce qu'il demande en vain depuis plusieurs années à ses alliés étrangers.

L'économiste Ghani a de son côté mis en avant la qualité de son programme de développement "sur 10 ans, sur 20 ans" et son expérience internationale.

Selon un sondage publié vendredi par un institut américain, M. Karzaï serait en tête au premier tour de la présidentielle le 20 août, avec 44% des intentions de vote, devant son ancien ministre des Affaires étrangères Abdullah Abdullah (26%), suivi de Ramazan Bashardost (10%) et Ashraf Ghani (6%).

Abdullah Abdullah n'était pas présent au débat de dimanche, pour une raison qui n'a pas précisée.

Première publication : 17/08/2009

COMMENTAIRE(S)