Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

VOUS ÊTES ICI

Dans le secret de la haute couture

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

BCE : Mario Draghi voit la vie en rose

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'"apartheid" de Manuel Valls : un grand mot et des petits remèdes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Emailgate" : "Hillary est sa pire ennemie"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

World Press Photo : l’un des lauréats perd son prix

En savoir plus

DÉBAT

La Libye dans le chaos : l'avenir du pays se joue-t-il au Maroc ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Burkina faso autorise l'exhumation de la dépouille présumée de Thomas Sankara

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Évasion fiscale : "En trois ans, les États ont pu récupérer 37 milliards d'euros"

En savoir plus

DÉBAT

Départementales 2015 : le Parti socialiste doit-il s'inquiéter ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Sans accord de paix, Moubarak refuse toute normalisation avec Israël

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/08/2009

Le président égyptien, Hosni Moubarak, qui doit rencontrer, ce mardi, à Washington, son homologue américain, Barack Obama, a conditionné toute normalisation des relations avec Israël à la signature d'un accord de paix équitable.

REUTERS - Les Etats arabes ne reconnaîtront l'Etat d'Israël et ne normaliseront leurs relations avec lui que lorsqu'un accord de paix équitable aura été conclu au Proche-Orient, et pas avant, a affirmé le président égyptien Hosni Moubarak.


Dans une interview publiée lundi par le quotidien d'Etat al Ahram, Moubarak souligne que l'historique des pourparlers de paix manqués depuis la conférence de Madrid en 1991 "n'encourageait pas" à rechercher la normalisation avec Israël.


En juillet, l'émissaire américain au Proche-Orient, George Mitchell, avait appelé les Etats arabes à engager "des mesures concrètes vers la normalisation de leurs relations avec Israël".


"J'ai affirmé au président (américain Barack) Obama que l'initiative arabe proposait la reconnaissance d'Israël et la normalisation après, et pas avant, la conclusion d'une paix complète et équitable", a déclaré Moubarak à al Ahram.


Moubarak se trouve actuellement à Washington où il s'entretient avec l'administration Obama. Dans une interview à la télévision publique américaine, il a salué le fait qu'Obama se soit rendu au Proche-Orient et ait choisi d'envoyer Mitchell sur place avant de lancer une intiative de paix.


"C'est une tentative d'appréhender les problèmes de la région, et c'est une bonne chose. Cela vaut bien mieux que de prendre une décision sans rien écouter des inquiétudes d'un pays", déclare Moubarak dans la transcription du "Charlie Rose Show" qui devait être diffusé lundi soir sur PBS.

 

Pas de particpation au "parapluie de défense"


Le président égyptien a souhaité que les négociations entre Israéliens et Palestiniens ne s'enlisent pas dans le débat sur les colonies juives, mais qu'il s'élargisse sur un accord global.


Ces propos contrastent avec la position américaine, qui consiste à presser Israël de geler la colonisation en préalable à la reprise du processus de paix.


"Au lieu de dire d'arrêter la colonisation, ce que nous avons entendu de nombreuses fois depuis plus de dix ans sans qu'elle s'arrête, nous devons considérer ce problème de façon holistique et négocier la résolution finale", a déclaré Moubarak.


Dans son interview à al Ahram, Moubarak est interrogé sur l'éventualité d'une participation de l'Egypte au "parapluie de défense" évoqué en juillet par la secrétaire d'Etat Hillary Clinton comme réponse possible à l'obtention de l'arme nucléaire par l'Iran.


Le président égyptien a répondu que la participation de son pays ne pouvait être envisagée, car il n'accepterait pas la présence sur son territoire de soldats ou d'experts militaires étrangers.


De plus, a-t-il ajouté, prendre part à un tel système reviendrait à reconnaître l'existence d'une puissance nucléaire régionale, ce que l'Egypte se refuse à faire, que cette puissance soit Israël ou l'Iran.

Première publication : 18/08/2009

COMMENTAIRE(S)