Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Proche-Orient : Hébron, symbole d’une paix qui semble impossible

En savoir plus

SUR LE NET

Sony et Kim Jong-Un critiqués sur la Toile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les temps forts musicaux de l'année 2014

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

L'art de la bûche

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Gastronomie, la nouvelle cuisine des affaires étrangères

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Deuxième tour de l'élection présidentielle en Grèce

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle tunisienne : le face à face Essebsi - Marzouki

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

Afrique

Al-Qaïda au Maghreb revendique l'attentat de Nouakchott

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/08/2009

Le groupuscule Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué l'attentat-suicide perpétré le 8 août contre l'ambassade de France à Nouakchott. Deux ressortissants français avaient été blessés dans l'attaque.

AFP - Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué l'attentat suicide du 8 août contre l'ambassade de France à Nouakchott, rapporte mardi le centre américain de surveillance de sites islamistes (SITE).

La revendication est accompagnée, selon le SITE, par une photographie du kamikaze, identifié comme Abu Obeida Musa al-Basri, et qui habitait le quartier Basra dans la capitale mauritanienne.

La photographie montre un homme portant l'habit traditionnel mauritanien et brandissant une arme en plein désert.

L'auteur de l'attaque a péri dans l'explosion de la charge qu'il transportait et qui n'a que légèrement blessé deux Français, deux gendarmes attachés à la protection de la chancellerie mais qui n'étaient pas de service au moment de l'attentat, et une Mauritanienne.

Le site islamiste qui porte la revendication indique, selon le centre américain, que l'auteur de l'attentat avait rejoint l'Aqim il y a un an et qu'il avait exprimé le désir de devenir un "martyr".

L'Aqim affirme, selon le SITE, que l'attaque était une riposte aux agressions des "Croisés", notamment la France, et des dirigeants mauritaniens contre l'islam et les musulmans.

Le groupe a reconnu que l'assaillant n'avait pas réussi à entrer dans l'enceinte de l'ambassade en raison de la présence d'une barrière, mais affirmé que l'explosion avait blessé plusieurs gardes français.

Après l'attentat, le ministre mauritanien de l'Intérieur de l'époque, Mohamed Ould R'Zeizim, avait indiqué que le kamikaze était un Mauritanien "recruté par les salafistes" et entraîné "dans des camps" situés dans le Sahara.

Première publication : 18/08/2009

COMMENTAIRE(S)