Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

Moyen-Orient

Barack Obama se félicite du geste de bonne volonté d'Israël

Vidéo par Guillaume MEYER

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 18/08/2009

Israël, sous la pression de Washington, se dit prêt à ralentir la colonisation en Cisjordanie. Le président américain, qui salue "un geste dans la bonne direction", pourrait présenter en septembre son plan de paix pour le Proche-Orient.

Sous pression de Washington, Israël s'est dit, ce mardi, disposé à freiner temporairement la colonisation en Cisjordanie en gelant les appels d'offres à la construction de logements jusqu'au début 2010, ce qui n'empêcherait toutefois pas la poursuite des projets privés.

 

A l'issue d'une rencontre à la Maison Blanche avec le président égyptien Hosni Moubarak, le président américain Barack Obama a félicité Israël  pour son "geste dans la bonne direction" sur ce dossier, tout en appelant de nouveau les pays arabes et les Palestiniens à consentir à un geste envers l'Etat hébreu.

 

Selon Soliman Awaad, un porte-parole de Honsi Moubarak, Barack Obama a également annoncé "qu'il espérait pouvoir présenter le plan de paix pour le Proche-Orient dans le courant du prochain mois, en septembre, au moment de l'ouverture de la nouvelle session de l'Assemblée générale des Nations unies."

 

"Une période d'attente"

 

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou envisage de prolonger une suspension de facto des appels d'offres en place depuis neuf mois, y compris à Jérusalem-est (annexée après sa conquête en juin 1967), ont fait savoir des hauts responsables gouvernementaux.

Cette annonce survient une semaine avant une rencontre à Londres entre M. Netanyahou et l'envoyé spécial américain pour le Proche-Orient George Mitchell, qui doit porter sur un gel de la colonisation.

M. Netanyahou s'est mis d'accord avec son ministre de la Défense Ehud Barak et le ministre de l'Habitat Ariel Attias pour dire aux Etats-Unis qu'Israël est prêt à faire ce geste, ont précisé des hauts responsables de ces ministères.

"Depuis que ce gouvernement a pris ses fonctions (en avril), il est incontestable qu'aucun appel d'offres n'a été émis en Judée-Samarie (Cisjordanie). C'est la réalité", a déclaré M. Attias à la radio.

"Il s'agit d'une période d'attente (...), une tentative de parvenir à une entente avec l'administration américaine", a-t-il ajouté.

La décision israélienne a été aussitôt rejetée comme une manoeuvre par les Palestiniens qui ont fait valoir que la colonisation se poursuivait sur le terrain, via des organismes privés ou relevant de municipalités (mais largement subventionnés par l'Etat).

 

"Un processus dangereux"


"Israël doit cesser toutes les activités de colonisation sans exception. Il ne fait que lancer des ballons d'essai et nous sommes habitués à ce genre de tromperies", a déclaré à l'AFP le négociateur palestinien Saëb Erakat.

"Ces déclarations sont insuffisantes. Nous voulons que les Israéliens s'engagent à arrêter la construction et à suspendre les appels d'offre déjà lancés", a renchéri Nabil Abou Roudeina, porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas.

A l'opposé, les représentants des colons et l'aile la plus à droite du gouvernement Netanyahu ont dénoncé cette décision.

"C'est un processus dangereux, contraire aux voeux des électeurs israéliens et aux promesses claires du Premier ministre avant son élection en faveur du développement des implantations. C'est une capitulation devant les diktats de l'administration américaine", a protesté Yesha, la principale organisation représentative des colons, dans un communiqué.

Durant les huit premiers mois de l'année 2008, marquée par une intensification spectaculaire de la colonisation, Israël avait lancé 417 appels d'offres de construction dans les colonies de Cisjordanie et 171 pour Jérusalem-est.

 

Quelque 300 000 colons israéliens vivent en Cisjordanie

Le mouvement israélien La Paix Maintenant, opposé à la colonisation, a confirmé l'arrêt des appels d'offres depuis plusieurs mois. Mais ce mouvement a souligné que "même en cas d'arrêt total des appels d'offres de la part du gouvernement, au moins 60% de la construction dans les colonies continuerait".

Israël a stoppé les appels d'offres depuis novembre 2008, aussi bien en Cisjordanie qu'à Jérusalem-est, a précisé à l'AFP Mme Hagit Ofran, chargée du dossier de la colonisation à La Paix Maintenant.

Quelque 300.000 colons israéliens vivent en Cisjordanie et près de 200.000 autres se sont installés dans une douzaine d'implantations érigées à Jérusalem-est.

Washington exige en vain d'Israël un gel total de la colonisation en vue d'une reprise des négociations de paix avec les Palestiniens.
 

Première publication : 18/08/2009

COMMENTAIRE(S)