Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

Amériques

Le Honduras rompt ses relations avec l'Argentine

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/08/2009

Cette décision fait suite à celle de l'Argentine qui avait sommé jeudi l'ambassadrice du Honduras de quitter son poste à Buenos Aires. L'Argentine réclame le retour au pouvoir de l'ex-président Zelaya (photo), renversé par un coup d'État.

AFP - Le gouvernement de facto du Honduras, en place depuis le coup d'Etat qui a chassé du pouvoir le président Manuel Zelaya le 28 juin, a rompu ses relations diplomatiques avec l'Argentine, a annoncé mardi son ministère des Affaires étrangères.

Cette décision procède du principe de "stricte réciprocité", a précisé le ministère dans un communiqué.

L'Argentine avait sommé jeudi dernier l'ambassadrice du Honduras, Carmen Eleonora Ortez Williams, de quitter son poste à Buenos Aires en raison du soutien qu'elle a apporté au coup d'Etat dans son pays, selon le ministère argentin des Affaires étrangères.

L'Argentine avait annulé la veille une invitation lancée à l'armée du Honduras pour participer à une conférence régionale des armées américaines, qui doit avoir lieu à Buenos Aires au mois d'octobre.

Le dialogue passera désormais par l'ambassade d'Israël en Argentine, selon le ministère à Tegucigalpa. Israël est l'un des rares pays à n'avoir pas rompu les relations avec le régime de facto au Honduras.

Le ministre argentin des Affaires étrangères, Jorge Taiana, a affirmé mardi à l'AFP à Mexico la nécessité d'un "plein rétablissement" de la démocratie au Honduras. Cela passe par le retour de M. Zelaya au pouvoir, à la tête d'un gouvernement d'union nationale, comme prévu dans la proposition de médiation du président costaricien Oscar Arias, a ajouté M. Taiana.

Le gouvernement de facto de Roberto Micheletti, promu chef de l'Etat après l'envoi de M. Zelaya en exil, persiste à refuser le retour au pouvoir du président déchu, ainsi que l'élection présidentielle anticipée également proposée par M. Arias. M. Micheletti s'en tient au calendrier prévu, qui fixe la présidentielle au 29 novembre prochain.

"Il est fondamental que les personnes qui détiennent le pouvoir de fait au Honduras comprennent qu'il n'y aura aucune reconnaissance internationale d'un gouvernement issu d'élections conduites par un gouvernement de facto", a insisté M. Taiana à Mexico.

Le ministre argentin, en visite de travail au Mexique, doit participer avec son homologue mexicaine Patricia Espinosa à une mission au Honduras de l'Organisation des Etats américains (OEA), prévue dans les jours à venir.
 

Première publication : 18/08/2009

COMMENTAIRE(S)