Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La leçon de démocratie du Nigéria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'alternance démocratique au Nigeria, modèle pour le reste du continent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La victoire annoncée de l'opposant Muhammadu Buhari au Nigeria

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Climat : "Les chances sont bonnes" de parvenir à un accord à Paris

En savoir plus

FACE À FACE

Nicolas Sarkozy : après la victoire, retour à la case judiciaire

En savoir plus

FOCUS

Inde : les musulmans et les chrétiens dans le viseur des ultranationalistes hindous

En savoir plus

REPORTERS

San Cristóbal, le chaudron vénézuélien

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Arnaud Viard, les joies et les peines de l'autofiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Moriarty, l'alchimie gagnante

En savoir plus

Amériques

Le Honduras rompt ses relations avec l'Argentine

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/08/2009

Cette décision fait suite à celle de l'Argentine qui avait sommé jeudi l'ambassadrice du Honduras de quitter son poste à Buenos Aires. L'Argentine réclame le retour au pouvoir de l'ex-président Zelaya (photo), renversé par un coup d'État.

AFP - Le gouvernement de facto du Honduras, en place depuis le coup d'Etat qui a chassé du pouvoir le président Manuel Zelaya le 28 juin, a rompu ses relations diplomatiques avec l'Argentine, a annoncé mardi son ministère des Affaires étrangères.

Cette décision procède du principe de "stricte réciprocité", a précisé le ministère dans un communiqué.

L'Argentine avait sommé jeudi dernier l'ambassadrice du Honduras, Carmen Eleonora Ortez Williams, de quitter son poste à Buenos Aires en raison du soutien qu'elle a apporté au coup d'Etat dans son pays, selon le ministère argentin des Affaires étrangères.

L'Argentine avait annulé la veille une invitation lancée à l'armée du Honduras pour participer à une conférence régionale des armées américaines, qui doit avoir lieu à Buenos Aires au mois d'octobre.

Le dialogue passera désormais par l'ambassade d'Israël en Argentine, selon le ministère à Tegucigalpa. Israël est l'un des rares pays à n'avoir pas rompu les relations avec le régime de facto au Honduras.

Le ministre argentin des Affaires étrangères, Jorge Taiana, a affirmé mardi à l'AFP à Mexico la nécessité d'un "plein rétablissement" de la démocratie au Honduras. Cela passe par le retour de M. Zelaya au pouvoir, à la tête d'un gouvernement d'union nationale, comme prévu dans la proposition de médiation du président costaricien Oscar Arias, a ajouté M. Taiana.

Le gouvernement de facto de Roberto Micheletti, promu chef de l'Etat après l'envoi de M. Zelaya en exil, persiste à refuser le retour au pouvoir du président déchu, ainsi que l'élection présidentielle anticipée également proposée par M. Arias. M. Micheletti s'en tient au calendrier prévu, qui fixe la présidentielle au 29 novembre prochain.

"Il est fondamental que les personnes qui détiennent le pouvoir de fait au Honduras comprennent qu'il n'y aura aucune reconnaissance internationale d'un gouvernement issu d'élections conduites par un gouvernement de facto", a insisté M. Taiana à Mexico.

Le ministre argentin, en visite de travail au Mexique, doit participer avec son homologue mexicaine Patricia Espinosa à une mission au Honduras de l'Organisation des Etats américains (OEA), prévue dans les jours à venir.
 

Première publication : 18/08/2009

COMMENTAIRE(S)