Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Opération antiterroriste au Burkina Faso : 3 "présumés jihadistes" abattus

En savoir plus

LE DÉBAT

Plan banlieue en France : Macron annonce une "nouvelle méthode"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mai 68 revisité à travers ses affiches

En savoir plus

FOCUS

France : les nouveaux partis politiques sur les bancs de l'école

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Entre les États-Unis et l'Iran, "le fossé"

En savoir plus

L’invité du jour

Roland Lehoucq : "On peut pratiquer les sciences en analysant Star Wars"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

France : nouvelle journée de grève des fonctionnaires

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Italie, année zéro ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : "oui" à 73% pour la réforme voulue par Nkurunziza

En savoir plus

Moyen-Orient

Pour Moubarak, Obama a levé tous les doutes vis-à-vis des musulmans

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/08/2009

En visite à la Maison Blanche, le président égyptien Hosni Moubarak a salué le discours du Caire tenu en juin par Barack Obama. "Il a levé tous les doutes concernant les États-Unis et le monde musulman", a-t-il déclaré.

AFP - Le discours prononcé en juin au Caire par le président américain Barack Obama a "levé tous les doutes" sur les relations entre les Etats-Unis et le monde musulman, a déclaré mardi le président égyptien Hosni Moubarak.

M. Obama "est venu faire son discours, c'était un discours très fort et cela a levé tous les doutes concernant les Etats-Unis et le monde musulman", a déclaré M. Moubarak après une rencontre à la Maison Blanche avec son homologue américain.

"L'importance de la visite (de Barack Obama) au Caire a été très appréciée par le monde islamique, car le monde islamique avait l'idée que les Etats-Unis étaient contre l'islam (...) Mais ce grand, ce fantastique discours a ôté tous ces doutes", a-t-il expliqué.

Barack Obama a fait de la relance du processus de paix au Proche-Orient l'une de ses principales priorités, et a promis un "nouveau départ" dans les relations des Etats-Unis avec le monde musulman lors de son discours du Caire.

Il a également appelé fermement Israël à geler la colonisation des territoires palestiniens occupés tout en exhortant les pays arabes à faire des gestes pour favoriser la paix avec l'Etat hébreu.
 

Première publication : 18/08/2009

COMMENTAIRE(S)