Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Sofia Amara, auteur d'"Infiltrée dans l'enfer syrien"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : bras de fer pour le Sénat

En savoir plus

SUR LE NET

Une vidéo dénonce le harcèlement de rue à New York

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Fraude fiscale : 80 pays s'engagent contre le secret bancaire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La rançon de la gloire"

En savoir plus

DÉBAT

Burkina Faso : un "coup d'État constitutionnel" ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Burkina Faso : un "coup d'État constitutionnel" ? (partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DSK, une mauvaise passe sans fin"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Au Burkina Faso, la rue défie Campaoré

En savoir plus

Moyen-Orient

Moussavi évoque à son tour des viols d'opposants en prison

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/08/2009

Le chef de l'opposition Mir Hossein Moussavi relaie les accusations de Mehdi Karoubi, autre réformateur, selon lesquelles des opposants incarcérés sont victimes de viols. Téhéran a déjà reconnu des cas de torture à la prison de Kahrizak.

REUTERS - Le chef de l'opposition iranienne Mirhossein Moussavi a accusé "des agents du régime" d'avoir violé des détenus incarcérés après les manifestations post-électorales, selon un site proche des réformateurs.

 

"Elles (les autorités) ont demandé à ceux qui ont été abusés et violés en prison de présenter quatre témoins (...) Ceux qui ont commis les crimes étaient des agents du régime", a dit Moussavi dans une lettre à Mehdi Karoubi, rapporte le site internet mowjcamp.com.

 

Karoubi, autre réformateur battu à l'élection présidentielle de juin, a également parlé de viols d'opposants incarcérés. Les autorités ont répondu que ses accusations étaient sans fondement.

 

"Ils menaçaient les détenus pour qu'ils restent silencieux (...) Il n'est pas possible de faire taire les opprimés en utilisant l'argent et la force", a ajouté Moussavi.

 

"Je loue votre courage et espère que les autres personnalités religieuses vous rejoindront et renforceront votre lutte.

 

"C'est le premier devoir des ecclésiastiques révolutionnaires que de dire la réalité, mais certains ont fermé les yeux et ignoré cette responsabilité", a-t-il écrit à Karoubi.

 

Téhéran a reconnu que certains manifestants avaient été torturés dans la prison de Kahrizak, établissement du sud de la capitale dont le directeur a lui-même été emprisonné par le régime. Au moins trois détenus sont morts à Kahrizak.

 

Les Nations unies ont affirmé la semaine dernière que les aveux de centaines d'Iraniens incarcérés à la suite des
manifestations post-électorales avaient été obtenus sous la torture.

Première publication : 18/08/2009

COMMENTAIRE(S)