Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : un sursaut possible ?

En savoir plus

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de la Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

  • Après le "non" de l’Écosse, la Catalogne prépare son propre référendum

    En savoir plus

  • Ebola : l'infirmière française contaminée reçoit un traitement expérimental

    En savoir plus

Culture

"Persepolis 2.0" s'attaque au régime iranien

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/08/2009

Deux opposants iraniens résidant en Chine ont détourné la célèbre bande dessinée de Marjane Satrapi, la rebaptisant "Persepolis 2.0", pour dénoncer la réélection de Mahmoud Ahmadinejad et la répression post-électorale en Iran.

AFP - Deux opposants iraniens ont détourné la célèbre bande dessinée "Persepolis" de Marjane Satrapi, rebaptisée "Persepolis 2.0", pour dénoncer les conditions de la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad et protester contre la répression en Iran.

Dans "Persepolis", publié au début des années 2000 en France et adapté en 2007 au cinéma, la dessinatrice d'origine iranienne raconte la chute du régime du Chah en 1979 et l'avènement de la révolution islamique.

Connus sous le nom de Sina et Payman, les deux jeunes opposants ont conservé les dessins en noir et blanc de l'album original et adapté les textes à la situation actuelle. Les manifestations contre le Chah de 1979 sont ainsi devenues des rassemblements contre la fraude électorale de 2009. Et la petite fille rêve toujours d'un avenir meilleur dans son lit.

"Ils m'ont dit qu'ils voulaient faire quelque chose avec mon travail, je leur ai donné ma bénédiction. C'est tout", a expliqué Marjane Satrapi à l'AFP.

Comme beaucoup d'Iraniens de la diaspora, les deux opposants, actuellement basés à Shanghai, ont vécu loin de leur pays les élections en Iran et leurs conséquences. "Nous sommes passés de l'espoir, à la colère et à la tristesse. Nous avons été impressionnés par le courage de notre peuple et très en colère contre le gouvernement et les procès truqués", racontent-ils.

La bande dessinée originale de Marjane Satrapi en quatre volumes est très populaire en Occident, mais aussi en Iran, et le film qui en a été tiré a obtenu le Prix du jury en 2007 au Festival de Cannes.

Selon Sina et Payman, plus de 100.000 personnes se sont connectées en quelques semaines - notamment depuis les Etats-Unis, l'Iran, l'Italie, la France et le Canada - sur le site www.spreadpersepolis.com qui met en ligne "Persepolis 2.0". La censure d'internet en Iran complique les échanges, "mais nous avons reçu énormement de mails d'Iraniens pour nous remercier de dire au monde ce qui se passe en Iran", affirment les deux opposants.

"Nous avons été attaqués durement par plusieurs journaux ultraconservateurs qui sont les portes-parole du gouvernement. C'est bon signe", soulignent-il.

En juin dernier, Marjane Satrapi avait appelé la communauté internationale à ne pas reconnaître la réélection du président Ahamadinejad qu'elle qualifiait de "coup d'Etat", lors d'une conférence de presse au Parlement européen.

Elle est en revanche réservée sur l'impact de "Persepolis 2.0" : "Informer un peu les gens, c'est déjà beaucoup. Nous n'avons avec notre travail que de tout petits impacts sur la situation. Il en faudrait des milliards pour que ça change quelque chose".

Les Iraniens sont très fiers de son travail, soulignent pour leur part Sina et Payman. "Ses images décrivent des événements qui ont eu lieu il y a trente ans, mais elles reflètent aussi bien la situation d'après les dernières élections. En 1979 comme en 2009 il y a eu des manifestations de masse contre la répression. Espérons que cette fois ça se termine autrement", affirment-il.

Autre époque pourtant. En 2009, la petite fille de "Persepolis 2.0" conseille à sa mère de ne pas lire les journaux qui "mentent tous" et de se connecter sur internet, parce qu'aujourd'hui "la vraie info est en ligne".

Première publication : 20/08/2009

COMMENTAIRE(S)