Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Obama: le discours qui fait mouche

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début du "sommet de la réconciliation" entre le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire

En savoir plus

FOCUS

En Inde, des femmes se mobilisent contre l'alcool

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Communication digitale : de l'influence à la propagande

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Gad Elmaleh, le roi de l’humour, vit son rêve américain

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Hillary Clinton, candidate mal aimée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

JO : les Brésiliens sceptiques, à 8 jours du coup d'envoi

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ci-gît la démocratie turque"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Anticonstitutionnellement"

En savoir plus

Amériques

Des sénateurs opposés à une enquête sur les interrogatoires de la CIA

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/08/2009

Neuf sénateurs républicains ont fait part de leur opposition quant à une éventuelle enquête sur les méthodes controversées de la CIA. Barack Obama avait qualifié de "torture" certains interrogatoires menés par l'agence.

AFP - Plusieurs sénateurs républicains ont fermement mis en garde mercredi le ministre de la Justice Eric Holder contre l'idée de lancer une enquête sur les interrogatoires controversés menés par la CIA contre des terroristes présumés sous la présidence de George W. Bush.
   
"Une telle enquête pourrait avoir des conséquences désastreuses, pas seulement pour les agents du renseignement qui s'acquittent de leur tâche de façon respectable, mais aussi pour la sécurité de tous les Américains", ont écrit les parlementaires dans une lettre adressée à M. Holder.
   
Les neuf signataires sont tous républicains.
   
Dans leur missive, les élus font part de leur "profonde inquiétude" après avoir appris par la presse que M. Holder était sur le point de nommer un procureur chargé d'enquêter sur les interrogatoires controversés menés par la CIA contre des prisonniers suspectés de terrorisme après les attentats du 11 septembre 2001.
   
Selon eux, une telle enquête et d'éventuelles condamnations pourraient mettre en danger les futures missions des services de renseignement.
   
Les agents, avancent les sénateurs, pourraient ainsi se demander si les actions entreprises aujourd'hui "dans l'intérêt de la sécurité du pays" ne pourraient pas les amener à être jugés, en fonction de la couleur politique des dirigeants.
   
Le président Barack Obama a qualifié de "torture" certaines méthodes d'interrogatoire antiterroriste, telle que la simulation de noyade, employées par la centrale du renseignement américain sous la présidence de George W. Bush.
   
Les alliés républicains de M. Bush et certains démocrates estiment que les agents de la CIA ont utilisé ces techniques en toute bonne foi car ils n'ont fait que suivre les directives édictées par l'administration en place.
   
Jusqu'à présent, le président Obama n'a pas donné suite aux appels lancés par des députés démocrates afin de constituer une commission "vérité et réconciliation" sur le sujet.
   

Première publication : 20/08/2009

COMMENTAIRE(S)