Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque Mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Drame du "cercueil volant" en Côte d'Ivoire et un riche couple sauve des migrants en mer

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

  • Justice : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison

    En savoir plus

  • Mort du PDG de Total Christophe de Margerie

    En savoir plus

  • Kobané résiste à l'EI, le Premier ministre irakien se rend à Téhéran

    En savoir plus

  • Quand les virus mortels fascinent Hollywood

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 au Qatar se jouera en hiver, tranche Blatter

    En savoir plus

  • Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque Mondiale, appelle à la mobilisation

    En savoir plus

  • Yémen : l’irrémédiable ascension des Houthis, nouveaux maîtres de Sanaa

    En savoir plus

  • Oscar de la Renta, le célèbre styliste des Premières dames, est mort

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

Amériques

Des sénateurs opposés à une enquête sur les interrogatoires de la CIA

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/08/2009

Neuf sénateurs républicains ont fait part de leur opposition quant à une éventuelle enquête sur les méthodes controversées de la CIA. Barack Obama avait qualifié de "torture" certains interrogatoires menés par l'agence.

AFP - Plusieurs sénateurs républicains ont fermement mis en garde mercredi le ministre de la Justice Eric Holder contre l'idée de lancer une enquête sur les interrogatoires controversés menés par la CIA contre des terroristes présumés sous la présidence de George W. Bush.
   
"Une telle enquête pourrait avoir des conséquences désastreuses, pas seulement pour les agents du renseignement qui s'acquittent de leur tâche de façon respectable, mais aussi pour la sécurité de tous les Américains", ont écrit les parlementaires dans une lettre adressée à M. Holder.
   
Les neuf signataires sont tous républicains.
   
Dans leur missive, les élus font part de leur "profonde inquiétude" après avoir appris par la presse que M. Holder était sur le point de nommer un procureur chargé d'enquêter sur les interrogatoires controversés menés par la CIA contre des prisonniers suspectés de terrorisme après les attentats du 11 septembre 2001.
   
Selon eux, une telle enquête et d'éventuelles condamnations pourraient mettre en danger les futures missions des services de renseignement.
   
Les agents, avancent les sénateurs, pourraient ainsi se demander si les actions entreprises aujourd'hui "dans l'intérêt de la sécurité du pays" ne pourraient pas les amener à être jugés, en fonction de la couleur politique des dirigeants.
   
Le président Barack Obama a qualifié de "torture" certaines méthodes d'interrogatoire antiterroriste, telle que la simulation de noyade, employées par la centrale du renseignement américain sous la présidence de George W. Bush.
   
Les alliés républicains de M. Bush et certains démocrates estiment que les agents de la CIA ont utilisé ces techniques en toute bonne foi car ils n'ont fait que suivre les directives édictées par l'administration en place.
   
Jusqu'à présent, le président Obama n'a pas donné suite aux appels lancés par des députés démocrates afin de constituer une commission "vérité et réconciliation" sur le sujet.
   

Première publication : 20/08/2009

COMMENTAIRE(S)