Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

Moyen-Orient

Partis chiites et sunnites s'accusent des attentats sanglants de Bagdad

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/08/2009

Deux jours après le double attentat qui a fait 95 morts à Bagdad, les formations politiques chiites au pouvoir accusent les sunnites de vouloir faire sombrer le pays dans un nouveau conflit confessionnel.

AFP - Les partis chiites au pouvoir en Irak et l'insurrection sunnite se rejettent la responsabilité du double attentat qui a fait 95 morts mercredi à Bagdad, démontrant que la fracture entre les deux principales communautés musulmanes est loin d'être résorbée.

Dans des communiqués, ils s'accusent de vouloir relancer le conflit confessionnel qui avait ensanglanté l'Irak (2006-2007), d'être soutenus par des pays étrangers, l'Arabie saoudite pour les sunnites et l'Iran pour les chiites, et en appellent à la communauté internationale pour faire cesser ses "crimes".

Le Premier ministre irakien chiite Nouri al-Maliki a accusé "les criminels baassistes et les takfiris (fondamentalistes sunnites), soutenus par l'étranger, d'agir pour replonger le pays dans un conflit confessionnel et d'annihiler l'espoir des Irakiens de recouvrer leur souveraineté et une vie normale".

Lui emboîtant le pas, le Conseil supérieur islamique d'Irak (CSII), formation chiite proche de l'Iran, a pointé du doigt dans un communiqué "les gangs takfiris et les nostalgiques de l'ancien régime qui montrent ainsi leur face hideuse et leur plan criminel contre la liberté".

"Nous appelons l'ONU et les gouvernements, les organisations arabes et musulmanes, à considérer ces crimes comme un génocide", ajoute-t-il.

Un député chiite proche du Premier ministre a accusé l'Arabie saoudite de soutenir les auteurs des attentats. "Ce pays essaie de détruire la sécurité en appuyant les insurgés", a déclaré Sami al-Askari au quotidien al-Doustour.

Mais l'insurrection sunnite ne l'entend pas de cette oreille et assure qu'il faut rechercher les coupables au sein de la coalition gouvernementale qui se déchire pour le contrôle du pays.

"L'Armée islamique d'Irak condamne toutes les attaques visant des innocents en Irak. Nous accusons les forces d'occupation, les gouvernements et les partis politiques (chiites) dont les milices se battent entre elles d'avoir mené ses attaques", affirme ce groupe clandestin sur son site.

"Les forces qui s'entredéchirent pour contrôler l'Irak veulent arriver à leurs fins en versant le sang des innocents. Les attaques à Bagdad confirment que certaines factions du gouvernement désirent établir un Etat confessionnel", ajoute le communiqué.

Constituée en 2003 par d'anciens baassistes (du parti Baas de l'ancien président Saddam Hussein) et de militaires, cette organisation proche des Frères musulmans est hostile à Al-Qaïda. Considérée comme l'une des plus grandes organisations de rebelles, elle a mené de nombreuses opérations contre les milices chiites et les forces américaines.

Pour leur part, les baassistes du Front national patriotique islamique d'Irak, jugent ridicules les accusations du gouvernement. "Accuser la valeureuse résistance et les opposants d'avoir mené ces attaques est un prétexte éculé et inepte", assurent-ils sur leur site.

"Nous condamnons ces attaques sanglantes. L'Irak est devenu un lieu où les factions s'affrontent pour des raisons confessionnelles et personnelles, au service d'intérêts étrangers et au détriment des Irakiens", affirme ce Front, en référence à l'Iran.

Il fait allusion aux tensions au sein de la vaste coalition chiite au pouvoir. M. Maliki veut créer un nouvelle alliance avec les sunnites alors que que les autres factions entendent maintenir ce vaste front chiite.

Le Front baassiste exhorte "la communauté internationale, les organisations des droits de l'homme à intervenir pour faire cesser les crimes contre l'humanité".

Première publication : 21/08/2009

COMMENTAIRE(S)