Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un mister nobody au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Journée la plus meurtrière à Gaza depuis le début du conflit avec Israël

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

Moyen-Orient

Partis chiites et sunnites s'accusent des attentats sanglants de Bagdad

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/08/2009

Deux jours après le double attentat qui a fait 95 morts à Bagdad, les formations politiques chiites au pouvoir accusent les sunnites de vouloir faire sombrer le pays dans un nouveau conflit confessionnel.

AFP - Les partis chiites au pouvoir en Irak et l'insurrection sunnite se rejettent la responsabilité du double attentat qui a fait 95 morts mercredi à Bagdad, démontrant que la fracture entre les deux principales communautés musulmanes est loin d'être résorbée.

Dans des communiqués, ils s'accusent de vouloir relancer le conflit confessionnel qui avait ensanglanté l'Irak (2006-2007), d'être soutenus par des pays étrangers, l'Arabie saoudite pour les sunnites et l'Iran pour les chiites, et en appellent à la communauté internationale pour faire cesser ses "crimes".

Le Premier ministre irakien chiite Nouri al-Maliki a accusé "les criminels baassistes et les takfiris (fondamentalistes sunnites), soutenus par l'étranger, d'agir pour replonger le pays dans un conflit confessionnel et d'annihiler l'espoir des Irakiens de recouvrer leur souveraineté et une vie normale".

Lui emboîtant le pas, le Conseil supérieur islamique d'Irak (CSII), formation chiite proche de l'Iran, a pointé du doigt dans un communiqué "les gangs takfiris et les nostalgiques de l'ancien régime qui montrent ainsi leur face hideuse et leur plan criminel contre la liberté".

"Nous appelons l'ONU et les gouvernements, les organisations arabes et musulmanes, à considérer ces crimes comme un génocide", ajoute-t-il.

Un député chiite proche du Premier ministre a accusé l'Arabie saoudite de soutenir les auteurs des attentats. "Ce pays essaie de détruire la sécurité en appuyant les insurgés", a déclaré Sami al-Askari au quotidien al-Doustour.

Mais l'insurrection sunnite ne l'entend pas de cette oreille et assure qu'il faut rechercher les coupables au sein de la coalition gouvernementale qui se déchire pour le contrôle du pays.

"L'Armée islamique d'Irak condamne toutes les attaques visant des innocents en Irak. Nous accusons les forces d'occupation, les gouvernements et les partis politiques (chiites) dont les milices se battent entre elles d'avoir mené ses attaques", affirme ce groupe clandestin sur son site.

"Les forces qui s'entredéchirent pour contrôler l'Irak veulent arriver à leurs fins en versant le sang des innocents. Les attaques à Bagdad confirment que certaines factions du gouvernement désirent établir un Etat confessionnel", ajoute le communiqué.

Constituée en 2003 par d'anciens baassistes (du parti Baas de l'ancien président Saddam Hussein) et de militaires, cette organisation proche des Frères musulmans est hostile à Al-Qaïda. Considérée comme l'une des plus grandes organisations de rebelles, elle a mené de nombreuses opérations contre les milices chiites et les forces américaines.

Pour leur part, les baassistes du Front national patriotique islamique d'Irak, jugent ridicules les accusations du gouvernement. "Accuser la valeureuse résistance et les opposants d'avoir mené ces attaques est un prétexte éculé et inepte", assurent-ils sur leur site.

"Nous condamnons ces attaques sanglantes. L'Irak est devenu un lieu où les factions s'affrontent pour des raisons confessionnelles et personnelles, au service d'intérêts étrangers et au détriment des Irakiens", affirme ce Front, en référence à l'Iran.

Il fait allusion aux tensions au sein de la vaste coalition chiite au pouvoir. M. Maliki veut créer un nouvelle alliance avec les sunnites alors que que les autres factions entendent maintenir ce vaste front chiite.

Le Front baassiste exhorte "la communauté internationale, les organisations des droits de l'homme à intervenir pour faire cesser les crimes contre l'humanité".

Première publication : 21/08/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)