Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

  • Reprise des bombardements à Gaza, l'espoir d'une trêve s'éloigne

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

  • Boko Haram kidnappe la femme du vice-Premier ministre camerounais

    En savoir plus

EUROPE

L'Écosse se justifie et répond aux critiques du FBI

Vidéo par Achren VERDIAN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/08/2009

Suites aux vives critiques du directeur du FBI quant à la décision de l'Écosse de libérer l'ex-agent secret libyen Megrahi, le gouvernement écossais a soutenu qu'elle relevait d'une disposition du système judiciaire du pays.

AFP - L'Ecosse a souligné samedi que la libération pour raisons médicales, comme celle d'Abdelbaset al-Megrahi, le Libyen condamné pour l'attentat de Lockerbie en 1988, faisait partie du système judiciaire écossais, à la différence de celui des Etats-Unis, en réponse aux accusations du FBI.
   
Robert Mueller, le directeur du FBI, avait, un peu plus tôt, vivement critiqué la décision de l'Ecosse de libérer M. Megrahi, arguant du fait qu'elle était "réconfortante pour les terroristes", dans une lettre acerbe adressée au ministre écossais de la Justice, Kenny MacAskill.
   
"Votre décision (...) est inexplicable et fait du tort à la justice", avait-il écrit, tout en rappelant avoir été le "ministre adjoint de la Justice (américain) responsable de l'enquête et de l'inculpation de Megrahi en 1991".
   
En réponse à cette missive, un porte-parole du gouvernement écossais a indiqué que cette décision avait été prise conformément aux procédures légales.
   
"Le ministre de la Justice a formulé ses conclusions sur la base des procédures légales applicables en Ecosse, de preuves tangibles et des recommandations émises par la commission de l'application des peines et par le gouverneur de la prison", a-t-il déclaré.
   
"La libération pour raisons médicales ne fait pas partie du système judiciaire américain, mais elle fait partie de celui de l'Ecosse", a-t-il poursuivi.
   
"M. MacAskill n'aurait pas pu recueillir plus d'avis. Il s'est entretenu avec les familles américaines (des victimes), le ministre américain de la Justice, la Secrétaire d'Etat Hillary Clinton et beaucoup d'autres personnes", a-t-il argumenté.
   
Le porte-parole écossais a également souligné que M. Mueller devait "être conscient du fait que si de nombreuses familles se sont opposées à la décision de M. MacAskill, de nombreuses autres l'ont approuvée".
   
Abdelbaset al-Megrahi, libéré jeudi, avait été condamné en 2001 à la prison à vie avec une peine de sûreté de 27 ans par des juges écossais pour l'explosion, au-dessus de la ville écossaise de Lockerbie, du vol 103 de la Pan Am (270 morts le 21 décembre 1988).
   

Première publication : 23/08/2009

COMMENTAIRE(S)