Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Cinéma : "Félicité", portrait d'une guerrière du quotidien à Kinshasa

En savoir plus

FACE À FACE

Valls votera Macron : le ralliement de trop pour "En Marche" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump contre la planète"

En savoir plus

FOCUS

Italie : la maire populiste de Rome, Virginia Raggi, à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Amis Britanniques, vous nous manquez déjà. Ou pas"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Daily Mail traite le Brexit par-dessus la jambe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Richard Ferrand : "Les amours tardives sont rarement désintéressées"

En savoir plus

LE DÉBAT

Conférence annuelle de l'AIPAC : quel avenir pour les relations israélo-américaines ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Louis Aliot : "Macron enfile des perles depuis le début de la campagne"

En savoir plus

Amériques

La justice veut rouvrir des dossiers sur des abus commis par la CIA

Vidéo par Philippe BOLOPION

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/08/2009

Le ministère américain de la Justice demande le réexamen de cas d'abus commis par la CIA, principalement en Irak et en Afghanistan, sur une dizaine d'hommes soupçonnés de terrorisme.

AFP - Un rapport du ministère américain de la Justice préconise de rouvrir une dizaine de dossiers concernant des violences subies par des suspects de terrorisme, ce qui pourrait entraîner des poursuites à l'encontre d'agents de la CIA, a rapporté lundi le New York Times.
  

Citant une source non identifiée "officiellement informée", le quotidien indique que cette recommandation, qui risque également d'entraîner des poursuites à l'encontre de sous-traitants de l'armée, a été faite récemment par le bureau d'éthique du ministère et présentée au ministre de la Justice Eric Holder.
  
Le ministère doit dévoiler lundi de nouveaux éléments concernant des violences subies par les prisonniers, rassemblés en 2004 par l'inspecteur général de la CIA, mais qui n'avaient jamais été rendus publics.
  
En 2004, l'inspecteur général avait notamment découvert que les interrogateurs de l'agence de renseignement américaine avaient utilisé des armes de poing et une perceuse électrique pour tenter d'effrayer un responsable d'Al-Qaïda, Abd al-Rahim al-Nashiri.
  
M. Nashiri, principal suspect de l'attentat contre le navire américain USS Cole en octobre 2000 au Yémen, avait aussi été soumis à la technique de la simulation de noyade, considérée comme de la torture, avait rapporté précédemment la presse, citant ce rapport de 2004.
  
Mais quand la CIA a transmis le rapport aux procureurs, ceux-ci ont décidé qu'aucune de ces affaires ne méritait d'engager des poursuites, indique le New York Times, qui précise que lorsque M. Holder, nommé par Barack Obama, a pris ses fonctions, il a pris connaissance de ces cas et a commencé à envisager de faire marche arrière.
  
Selon le quotidien, les affaires en question concernent principalement des violences subies par des détenus en Irak et en Afghanistan.

Première publication : 24/08/2009

COMMENTAIRE(S)