Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Amériques

La réforme du système de santé d'Obama donne la fièvre à ses opposants

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Guillaume MEYER , , correspondant à Washington

Dernière modification : 13/09/2009

La refonte du système de santé voulue par Barack Obama déclenche les passions aux États-Unis - les républicains et l'extrême droite accusant le président américain de socialisme exarcerbé.

La refonte du système de santé voulue par Barack Obama déchaîne les passions aux Etats-Unis. L’extrême droite a lancé une vaste campagne médiatique pour dénoncer une dérive socialisante de la part de la majorité démocrate. Et cet été, c'est elle qui fait le plus de bruit et non les 47 millions d’Américains sans assurance.

"Je n’aime pas que le gouvernement se mêle de mes affaires. Je suis Américaine, je suis indépendante et je tiens à mes libertés. Je ne veux pas que l’Etat s’occupe de moi", explique Patty Anderson, mère au foyer venue manifester devant l’une des nombreuses réunions publiques organisées pour expliquer la réforme Obama. Plus loin, d’autres arborent une photo trafiquée du président américain avec une moustache d’Hitler.

 

Un débat qui dégénère

Pour Joe Cesa, sans assurance maladie depuis des années, le débat a totalement dégénéré. Pour lui, il ne s’agit pas de vouloir devenir un assisté : "Ces gens n’ont pas compris que la plupart des Américains sans couverture santé sont des travailleurs, comme moi !"

Joe a perdu sa couverture maladie il y a des années. Patron de café à Philadelphie, il ne pouvait plus se permettre de payer une assurance à "plusieurs milliers de dollars". Lorsque son commerce marchait, il avait de quoi payer les factures médicales. Mais depuis le dépôt de bilan, Joe se sent vulnérable au premier souci de santé. Il y a quelques mois, il a ressenti des douleurs à la poitrine, mais pas question de voir un docteur. "Je savais que le truc à ne pas faire, ce serait d’aller aux urgences car je sais que si je leur dis que j’ai mal à la poitrine, c’est le cardiologue qui va ma voir et tout un tas de spécialistes. Le tout couterait quoi ? 10 000, 20 000 dollars ? Je n’ai pas cette somme et je ne veux pas avoir à payer une dette pareille jusqu’à la fin de mes jours."

 

Reconstruire le réseau de généralistes

Eviter le passage par la case urgences : c’est aussi le but du docteur Taler, qui pratique à Washington. Ce généraliste est d’une espèce rare : il fait des visites à domicile, peu communes aux États-Unis. En se rendant régulièrement chez ses patients, il leur évite de coûteux séjours aux urgences, l’une des raisons principales de l’explosion du prix des assurances. Pour ce médecin, au-delà des questions idéologiques, la priorité c’est avant tout de reconstruire le réseau de généralistes.

"Dans le reste du monde industrialisé, le généraliste est à la base du système de santé. Aux États-Unis, ce n’est plus le cas. Si on peut s’occuper des plus faibles parmi nous sans passer par l’hôpital et surtout sans passer par les urgences, alors je pense qu’on peut faire de vraies économies", explique-t-il.

Assurer le suivi de toute la population et éviter les hospitalisations superflues : pour de nombreux professionnels, c’est la clé d’un système de santé moins cher et donc accessible à tout le monde.

Première publication : 24/08/2009

COMMENTAIRE(S)