Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Amériques

La réforme du système de santé d'Obama donne la fièvre à ses opposants

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Guillaume MEYER , , correspondant à Washington

Dernière modification : 13/09/2009

La refonte du système de santé voulue par Barack Obama déclenche les passions aux États-Unis - les républicains et l'extrême droite accusant le président américain de socialisme exarcerbé.

La refonte du système de santé voulue par Barack Obama déchaîne les passions aux Etats-Unis. L’extrême droite a lancé une vaste campagne médiatique pour dénoncer une dérive socialisante de la part de la majorité démocrate. Et cet été, c'est elle qui fait le plus de bruit et non les 47 millions d’Américains sans assurance.

"Je n’aime pas que le gouvernement se mêle de mes affaires. Je suis Américaine, je suis indépendante et je tiens à mes libertés. Je ne veux pas que l’Etat s’occupe de moi", explique Patty Anderson, mère au foyer venue manifester devant l’une des nombreuses réunions publiques organisées pour expliquer la réforme Obama. Plus loin, d’autres arborent une photo trafiquée du président américain avec une moustache d’Hitler.

 

Un débat qui dégénère

Pour Joe Cesa, sans assurance maladie depuis des années, le débat a totalement dégénéré. Pour lui, il ne s’agit pas de vouloir devenir un assisté : "Ces gens n’ont pas compris que la plupart des Américains sans couverture santé sont des travailleurs, comme moi !"

Joe a perdu sa couverture maladie il y a des années. Patron de café à Philadelphie, il ne pouvait plus se permettre de payer une assurance à "plusieurs milliers de dollars". Lorsque son commerce marchait, il avait de quoi payer les factures médicales. Mais depuis le dépôt de bilan, Joe se sent vulnérable au premier souci de santé. Il y a quelques mois, il a ressenti des douleurs à la poitrine, mais pas question de voir un docteur. "Je savais que le truc à ne pas faire, ce serait d’aller aux urgences car je sais que si je leur dis que j’ai mal à la poitrine, c’est le cardiologue qui va ma voir et tout un tas de spécialistes. Le tout couterait quoi ? 10 000, 20 000 dollars ? Je n’ai pas cette somme et je ne veux pas avoir à payer une dette pareille jusqu’à la fin de mes jours."

 

Reconstruire le réseau de généralistes

Eviter le passage par la case urgences : c’est aussi le but du docteur Taler, qui pratique à Washington. Ce généraliste est d’une espèce rare : il fait des visites à domicile, peu communes aux États-Unis. En se rendant régulièrement chez ses patients, il leur évite de coûteux séjours aux urgences, l’une des raisons principales de l’explosion du prix des assurances. Pour ce médecin, au-delà des questions idéologiques, la priorité c’est avant tout de reconstruire le réseau de généralistes.

"Dans le reste du monde industrialisé, le généraliste est à la base du système de santé. Aux États-Unis, ce n’est plus le cas. Si on peut s’occuper des plus faibles parmi nous sans passer par l’hôpital et surtout sans passer par les urgences, alors je pense qu’on peut faire de vraies économies", explique-t-il.

Assurer le suivi de toute la population et éviter les hospitalisations superflues : pour de nombreux professionnels, c’est la clé d’un système de santé moins cher et donc accessible à tout le monde.

Première publication : 24/08/2009

COMMENTAIRE(S)