Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Economie

Les banquiers à l'Élysée pour s'expliquer sur les bonus

Vidéo par FRANCE 2

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 25/08/2009

Après s'être rendus, lundi, à Bercy, les principaux acteurs du secteur bancaire sont attendus, ce mardi, à l'Élysée. L'occasion pour le président Nicolas Sarkozy de les rappeler à l'ordre. Sur la question des bonus notamment.

Après s’être entretenus, lundi, avec la ministre de l’Économie, Christine Lagarde, les dirigeants des principales banques françaises doivent rencontrer, ce mardi, le président Nicolas Sarkozy afin de faire le point sur l’encadrement des bonus. Epineux dossier, s’il en est.

 

À l’issue de la réunion organisée à Bercy, les banquiers semblaient disposés à faire de nouvelles concessions sur les bonus. A condition toutefois que leurs homologues étrangers consentent à fournir les mêmes efforts.

 

Invités à se présenter à l'Elysée avec des propositions, les principaux acteurs du secteur bancaire ignorent encore les demandes que pourrait formuler Nicolas Sarkozy. Le porte-parole de l'UMP, Frédéric Lefebvre, a avancé l'idée que l'Etat cesse de "travailler" avec les banques qui ne joueraient "pas le jeu".

 

"Course à l’échalote"

 

Le débat sur les bonus a été relancé au début du mois d’août lorsque BNP Paribas, bénéficiaire d’une aide publique de 5 milliards d’euros, avait annoncé l’octroi d’une enveloppe d’un milliard d’euros à ses investisseurs et traders.

 

Lundi, Christine Lagarde avait plaidé pour une "éradication" de la "course à l'échalote aux bonus dans les banques", admettant cependant que la solution devait être réglée au niveau international pour être réellement efficace.

 

De leur côté, les banques françaises estiment que leur position concurrentielle serait compromise si elles étaient soumises à des restrictions qui n'ont pas cours à l'étranger. En février, au plus fort de la crise financière, elles s’étaient toutefois engagées à mieux encadrer les rémunérations variables et à intégrer, notamment, le calcul des risques pris par les traders dans l’attribution des bonus.

 

"Code de bonne conduite"

 

Si l’on attend peu de mesures concrètes à l’issue de ces deux jours d’entretiens, il s’agit surtout pour le gouvernement de Nicolas Sarkozy de préparer le G20 de Pittsburgh, aux Etats-Unis, qui se tiendra les 24 et 25 septembre. Lors de ce grand raout de l'économie, le président français souhaite faire de la question des bonus le thème central des discussions. Trouvera-t-il un écho auprès des autres pays ? Le gouvernement de Barack Obama a vécu comme un soufflet l’épisode de la banque Goldman Sachs, qui a annoncé, en juillet, une mise en réserve de 6,65 milliards de dollars pour son personnel financier, après un bénéfice net de 2,7 milliards de dollars au second trimestre 2009.

 

Côté européen, le Royaume-Uni, qui a publié mi-août un "code de bonne conduite", et l’Allemagne, qui a donné aux banques jusqu’à la fin de l’année pour indexer les bonus des traders sur leurs performances à moyen terme, souhaitent également un durcissement des règles au niveau international.

Première publication : 25/08/2009

COMMENTAIRE(S)