Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Méditerranée : Deux fois plus de morts que pour le Titanic en un an

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'y pense et puis j'oublie "

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les nouveaux boat people"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Après Google, Gazprom dans le viseur de Bruxelles

En savoir plus

DÉBAT

Naufrages de migrants, l'Europe face à l'urgence (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Naufrages de migrants, l'Europe face à l'urgence (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Reprise des manifestations en Guinée

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Reconnaissance du génocide des Arméniens : quel rôle joue la France ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Centenaire du génocide des Arméniens entre commémoration et provocations turques

En savoir plus

Asie - pacifique

L'envol de la première fusée sud-coréenne est un demi-succès

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/08/2009

La Corée du Sud a procédé au lancement, ce mardi, de sa première fusée. Si l'envol de l'engin n'a pas connu de problème, le satellite qu'il transportait n'a pu en revanche être mis sur la bonne orbite.

AFP - La première fusée sud-coréenne a décollé mardi du centre spatial de Goheung, à 475 km au sud de Séoul, mais n'a pas réussi à placer un satellite de recherche sur l'orbite prévue, ont indiqué des responsables.
  
Cinq minutes après le décollage à 17h00 locales (08h00 GMT), le deuxième étage du lanceur KSLV-1 (Korea Space Launch Vehicle-1) s'est séparé du premier étage, selon des images de télévision.
  
La fusée a ensuite placé en orbite un satellite de recherche de 100 kg de fabrication sud-coréenne, selon des médias.
  
Mais l'engin n'a pas été placé sur l'orbite prévue, entravant les communications avec le contrôle au sol.
  
"Tous les aspects du lancement ont été normaux, mais le satellite est allé au-delà de l'orbite prévue et a atteint une altitude de 360 km", a déclaré Ahn Byong-man, ministre des Sciences et de la technologie. Le satellite aurait dû être placé en orbite à une altitude de 302 km.
  
"Une analyse est menée par les ingénieurs sud-coréens et russes pour en trouver la cause", a-t-il ajouté.
  
Les ingénieurs de l'Institut de recherche aérospatiale coréen essaient de localiser le satellite mais ont refusé d'indiquer si un contact pourrait être établi ultérieurement, selon l'agence Yonhap.
  
Malgré le placement manqué du satellite, le lancement peut être considéré comme un "semi-succès" dans la mesure où le lanceur a fonctionné sans problème, ont estimé les ingénieurs.
  
"Le lancement de la fusée a réussi. Je félicite notre peuple", a déclaré plus tôt le Premier ministre Han Seung-soo, à la télévision.
  
Le tir du lanceur KSLV-1, de 33 m de longueur et de 140 tonnes, pour lequel Séoul a dépensé 502 milliards de wons (419 millions de dollars) depuis 2002, était initialement prévu mercredi dernier mais avait dû être reporté en raison d'une panne informatique.
  
Le projet de mettre en orbite le satellite, avec une fusée construite avec le concours de spécialistes russes, a été reporté à sept reprises depuis 2002.
  
La Corée du Sud a déjà lancé dix satellites mais ceux-ci ont été placés en orbite par des lanceurs étrangers.
  
Séoul a annoncé en 2007 un programme spatial ambitieux visant à lancer un module orbital vers la lune d'ici à 2020.
  
En avril 2008, la première astronaute sud-coréenne, Yi So-yeon, 29 ans, s'est envolée dans l'espace à bord d'une fusée russe Soyouz.
  
La Corée du Nord, sanctionnée par l'ONU pour son tir de fusée en avril, a indiqué qu'elle allait surveiller de près si les grandes puissances saississent l'ONU après le lancement de la fusée sud-coréenne.
  
"On ne peut pas mettre en parallèle le tir de la fusée nord-coréenne et notre lancement qui a des visées purement scientifiques et pacifiques", a déclaré récemment Park Jeong-joo, un responsable de l'Institut de recherche aérospatiale sud-coréen.

Première publication : 25/08/2009

COMMENTAIRE(S)