Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'envol de la première fusée sud-coréenne est un demi-succès

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/08/2009

La Corée du Sud a procédé au lancement, ce mardi, de sa première fusée. Si l'envol de l'engin n'a pas connu de problème, le satellite qu'il transportait n'a pu en revanche être mis sur la bonne orbite.

AFP - La première fusée sud-coréenne a décollé mardi du centre spatial de Goheung, à 475 km au sud de Séoul, mais n'a pas réussi à placer un satellite de recherche sur l'orbite prévue, ont indiqué des responsables.
  
Cinq minutes après le décollage à 17h00 locales (08h00 GMT), le deuxième étage du lanceur KSLV-1 (Korea Space Launch Vehicle-1) s'est séparé du premier étage, selon des images de télévision.
  
La fusée a ensuite placé en orbite un satellite de recherche de 100 kg de fabrication sud-coréenne, selon des médias.
  
Mais l'engin n'a pas été placé sur l'orbite prévue, entravant les communications avec le contrôle au sol.
  
"Tous les aspects du lancement ont été normaux, mais le satellite est allé au-delà de l'orbite prévue et a atteint une altitude de 360 km", a déclaré Ahn Byong-man, ministre des Sciences et de la technologie. Le satellite aurait dû être placé en orbite à une altitude de 302 km.
  
"Une analyse est menée par les ingénieurs sud-coréens et russes pour en trouver la cause", a-t-il ajouté.
  
Les ingénieurs de l'Institut de recherche aérospatiale coréen essaient de localiser le satellite mais ont refusé d'indiquer si un contact pourrait être établi ultérieurement, selon l'agence Yonhap.
  
Malgré le placement manqué du satellite, le lancement peut être considéré comme un "semi-succès" dans la mesure où le lanceur a fonctionné sans problème, ont estimé les ingénieurs.
  
"Le lancement de la fusée a réussi. Je félicite notre peuple", a déclaré plus tôt le Premier ministre Han Seung-soo, à la télévision.
  
Le tir du lanceur KSLV-1, de 33 m de longueur et de 140 tonnes, pour lequel Séoul a dépensé 502 milliards de wons (419 millions de dollars) depuis 2002, était initialement prévu mercredi dernier mais avait dû être reporté en raison d'une panne informatique.
  
Le projet de mettre en orbite le satellite, avec une fusée construite avec le concours de spécialistes russes, a été reporté à sept reprises depuis 2002.
  
La Corée du Sud a déjà lancé dix satellites mais ceux-ci ont été placés en orbite par des lanceurs étrangers.
  
Séoul a annoncé en 2007 un programme spatial ambitieux visant à lancer un module orbital vers la lune d'ici à 2020.
  
En avril 2008, la première astronaute sud-coréenne, Yi So-yeon, 29 ans, s'est envolée dans l'espace à bord d'une fusée russe Soyouz.
  
La Corée du Nord, sanctionnée par l'ONU pour son tir de fusée en avril, a indiqué qu'elle allait surveiller de près si les grandes puissances saississent l'ONU après le lancement de la fusée sud-coréenne.
  
"On ne peut pas mettre en parallèle le tir de la fusée nord-coréenne et notre lancement qui a des visées purement scientifiques et pacifiques", a déclaré récemment Park Jeong-joo, un responsable de l'Institut de recherche aérospatiale sud-coréen.

Première publication : 25/08/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)