Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

FIFA: Sepp Blatter se pose en victime

En savoir plus

POLITIQUE

La République et la gauche : deux visions en confrontation (partie 2)

En savoir plus

FOCUS

Darfour, le conflit oublié

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Au Mexique, la guerre de la drogue continue de tuer

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'histoire du hip-hop racontée à l'IMA

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Quatre résistants au Panthéon : François Hollande en tête à tête avec l'Histoire

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Général Barrera : "le Mali n'est plus occupé par les terroristes"

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Marché transatlantique : avec les consommateurs, mais sans les citoyens ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fin de l'argent liquide au Danemark ?

En savoir plus

EUROPE

Londres envisage de s'inspirer de la loi française Hadopi

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 25/08/2009

Le gouvernement britannique, qui cherche à durcir son arsenal de lutte contre le téléchargement illégal sur Internet, pourrait s'inspirer du projet de loi français "Hadopi" qui a soulevé de nombreuses polémiques au printemps dernier.

Le gouvernement britannique "envisage d’ajouter la coupure de connexion Internet aux autres mesures techniques qui peuvent être utilisées" contre ceux qui violent les droits d’auteur en téléchargeant des œuvres illégalement.
 

Cette mesure annoncée mardi à Londres, qui rappelle le projet de loi français Hadopi, devrait être soumise à l’approbation du Parlement britannique très bientôt.

 

Jusqu'à présent, le plan de lutte britannique de lutte contre le téléchargement illégal ne prévoyait qu'une simple restriction de la vitesse de connexion à Internet.
 

Stephen Timms, le ministre pour le projet "Digital Britain" ("la Grande-Bretagne numérique") a expliqué que ce nouveau plan offrait une "plus grande flexibilité" pour lutter contre le téléchargement illégal.
 

Les représentants de l’industrie musicale britannique ont salué "la reconnaissance par le gouvernement de l’urgence qu’il y a à agir" et ont estimé que cette mesure "favoriserait le développement du marché légal de la musique numérique".
 

Une opinion loin d’être partagée par l’Open Rights Group, une association pour les libertés civiles, qui estime qu’il s’agit d’une entrave à la liberté d’expression.

Première publication : 25/08/2009

COMMENTAIRE(S)