Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : la CPI annonce l'ouverture d'un examen préliminaire

En savoir plus

TECH 24

Sex-tech : les technologies de l'intime

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Maudite courbe : comment faire baisser le chômage en France ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Clinton vs Trump : le match des programmes économiques

En savoir plus

#ActuElles

Laurence Rossignol : "Tout sexisme est insupportable"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses de la Fashion Week parisienne

En savoir plus

FOCUS

Venezuela : État déliquescent et lynchages de rue

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jean Todt : "Être compétitif, c'est aussi être responsable"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand jeu" de Céline Minard pour échapper au désordre du monde

En savoir plus

EUROPE

Londres envisage de s'inspirer de la loi française Hadopi

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 25/08/2009

Le gouvernement britannique, qui cherche à durcir son arsenal de lutte contre le téléchargement illégal sur Internet, pourrait s'inspirer du projet de loi français "Hadopi" qui a soulevé de nombreuses polémiques au printemps dernier.

Le gouvernement britannique "envisage d’ajouter la coupure de connexion Internet aux autres mesures techniques qui peuvent être utilisées" contre ceux qui violent les droits d’auteur en téléchargeant des œuvres illégalement.
 

Cette mesure annoncée mardi à Londres, qui rappelle le projet de loi français Hadopi, devrait être soumise à l’approbation du Parlement britannique très bientôt.

 

Jusqu'à présent, le plan de lutte britannique de lutte contre le téléchargement illégal ne prévoyait qu'une simple restriction de la vitesse de connexion à Internet.
 

Stephen Timms, le ministre pour le projet "Digital Britain" ("la Grande-Bretagne numérique") a expliqué que ce nouveau plan offrait une "plus grande flexibilité" pour lutter contre le téléchargement illégal.
 

Les représentants de l’industrie musicale britannique ont salué "la reconnaissance par le gouvernement de l’urgence qu’il y a à agir" et ont estimé que cette mesure "favoriserait le développement du marché légal de la musique numérique".
 

Une opinion loin d’être partagée par l’Open Rights Group, une association pour les libertés civiles, qui estime qu’il s’agit d’une entrave à la liberté d’expression.

Première publication : 25/08/2009

COMMENTAIRE(S)