Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Election présidentielle au Ghana : le dépouillement a commencé.

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

PISA: la France championne des inégalités ?

En savoir plus

FOCUS

Au Ghana, la présidentielle s’annonce serrée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Premier contact", les extra-terrestres ont la parole

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le japonais SoftBank veut investir 50 milliards aux Etats-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Angel Merkel, la stabilité dans la tourmente ?"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La France, championne des inégalités scolaires"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Alep : la guerre vue à travers les tweets d'une enfant

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ouverture du procès Ongwen: L'ex-commandant de la LRA plaide non coupable

En savoir plus

Amériques

Violents affrontements entre la police et les habitants d'un bidonville

Vidéo par Alix LE BOURDON

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 25/08/2009

Plus d'un millier de résidents du quartier populaire de Capao Redondo, dans le sud de Sao Paulo, se sont violemment opposés aux unités de la police anti-émeute qui tentaient de les en déloger.

Un bidonville du sud de Sao Paulo, la plus grande ville brésilienne, est, depuis lundi, le théâtre de violents affrontements entre 250 policiers et plus d’un millier de "squatteurs".

 

Selon l’AFP, plus de 1200 résidents d’un bidonville de Sao Paulo résistaient violemment à leur évacuation par des unités de la police anti-émeute, érigeant des barricades en feu afin de stopper l’avancée des forces de l’ordre.

 

Des images de la télévision brésilienne montraient une épaisse fumée noire s’élevant au-dessus du quartier de Capao Redondo après que les résidents aient mis le feu à des monticules de pneus. L'incendie s’est rapidement étendu à 14 habitations en bois et menaçait d’embraser d’autres structures du bidonville.

 

Le commissaire de police de cette zone, Carlos Botelho, a déclaré à Global News qu’une personne avait été blessée et deux autres arrêtées.

 

"Il est normal de voir un peu de résistance (…) mais nous avons la situation en main", a-t-il ajouté, en précisant que l’opération d’éviction suivait son cours.

 

L’expulsion vise à mettre un terme à deux années d’occupation illégale d’un terrain appartenant à une compagnie de bus.
 

Première publication : 25/08/2009

COMMENTAIRE(S)