Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Du neuf dans un nouveau monde"

En savoir plus

Amériques

Violents affrontements entre la police et les habitants d'un bidonville

Vidéo par Alix LE BOURDON

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 25/08/2009

Plus d'un millier de résidents du quartier populaire de Capao Redondo, dans le sud de Sao Paulo, se sont violemment opposés aux unités de la police anti-émeute qui tentaient de les en déloger.

Un bidonville du sud de Sao Paulo, la plus grande ville brésilienne, est, depuis lundi, le théâtre de violents affrontements entre 250 policiers et plus d’un millier de "squatteurs".

 

Selon l’AFP, plus de 1200 résidents d’un bidonville de Sao Paulo résistaient violemment à leur évacuation par des unités de la police anti-émeute, érigeant des barricades en feu afin de stopper l’avancée des forces de l’ordre.

 

Des images de la télévision brésilienne montraient une épaisse fumée noire s’élevant au-dessus du quartier de Capao Redondo après que les résidents aient mis le feu à des monticules de pneus. L'incendie s’est rapidement étendu à 14 habitations en bois et menaçait d’embraser d’autres structures du bidonville.

 

Le commissaire de police de cette zone, Carlos Botelho, a déclaré à Global News qu’une personne avait été blessée et deux autres arrêtées.

 

"Il est normal de voir un peu de résistance (…) mais nous avons la situation en main", a-t-il ajouté, en précisant que l’opération d’éviction suivait son cours.

 

L’expulsion vise à mettre un terme à deux années d’occupation illégale d’un terrain appartenant à une compagnie de bus.
 

Première publication : 25/08/2009

COMMENTAIRE(S)