Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Emmanuel Macron aux Etats-Unis : le président et Trump, une complicité et des désaccords

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Uberisation : naissance de l’entreprise 2.0

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Naïssam Jalal et le trio Amzik, nouveaux visages des musiques orientales

En savoir plus

L'INFO ÉCO

États-Unis-France : les taxes de la discorde

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Loi asile-immigration : "hystérisation" ou "Bérézina morale"?

En savoir plus

L’invité du jour

Jean-Claude Heudin : "L’intelligence artificielle, c’est un peu comme la force dans Star Wars"

En savoir plus

FOCUS

Cameroun : les ravages du Tramadol, drogue de synthèse prisée des jeunes

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Emmanuel Macron courtise Donald Trump, mais est-ce bien utile ?"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Herman Van Rompuy : "On ne convaincra les Européens qu'avec des résultats"

En savoir plus

EUROPE

Karadzic axe sa défense sur la dénonciation des "grandes puissances"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/08/2009

À quelques jours de son procès devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), l'ex-chef politique des Serbes de Bosnie a accusé les "grandes puissances" d'avoir orchestré la guerre de Bosnie à des fins "impérialistes".

AFP - Les grandes puissances ont instrumentalisé la Bosnie "à leurs propres fins" pendant la guerre de 1992-1995, a déclaré mercredi à l'AFP Radovan Karadzic, l'ex-chef politique des Serbes de Bosnie, bientôt jugé par le Tribunal pénal international (TPI) pour l'ex-Yougoslavie.

La guerre de Bosnie est un "exemple de la façon dont certains pays ont usé et abusé d'une petite nation à leurs propres fins pour mettre en oeuvre leurs propres alliances militaires et réaliser leurs objectifs impérialistes", a répondu M. Karadzic, incarcéré à La Haye, à des questions écrites transmises par l'AFP.

"L'éclatement de la Yougoslavie et la guerre en Bosnie ont été envisagés par les grandes puissances bien avant que je sois entré en politique. Elles ont alors déclenché ces événements en utilisant leurs services de renseignement et militaires", a-t-il ajouté. "J'ai l'intention de révéler tout ceci durant mon procès", a-t-il assuré.

Radovan Karadzic, 64 ans, est accusé de génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité pour son rôle dans la guerre de Bosnie (1992-1995) qui a fait 100.000 morts et 2,2 millions de déplacés. Il plaide non coupable.

Son procès devrait commencer en septembre.
 

Première publication : 26/08/2009

COMMENTAIRE(S)