Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

EUROPE

Karadzic axe sa défense sur la dénonciation des "grandes puissances"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/08/2009

À quelques jours de son procès devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), l'ex-chef politique des Serbes de Bosnie a accusé les "grandes puissances" d'avoir orchestré la guerre de Bosnie à des fins "impérialistes".

AFP - Les grandes puissances ont instrumentalisé la Bosnie "à leurs propres fins" pendant la guerre de 1992-1995, a déclaré mercredi à l'AFP Radovan Karadzic, l'ex-chef politique des Serbes de Bosnie, bientôt jugé par le Tribunal pénal international (TPI) pour l'ex-Yougoslavie.

La guerre de Bosnie est un "exemple de la façon dont certains pays ont usé et abusé d'une petite nation à leurs propres fins pour mettre en oeuvre leurs propres alliances militaires et réaliser leurs objectifs impérialistes", a répondu M. Karadzic, incarcéré à La Haye, à des questions écrites transmises par l'AFP.

"L'éclatement de la Yougoslavie et la guerre en Bosnie ont été envisagés par les grandes puissances bien avant que je sois entré en politique. Elles ont alors déclenché ces événements en utilisant leurs services de renseignement et militaires", a-t-il ajouté. "J'ai l'intention de révéler tout ceci durant mon procès", a-t-il assuré.

Radovan Karadzic, 64 ans, est accusé de génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité pour son rôle dans la guerre de Bosnie (1992-1995) qui a fait 100.000 morts et 2,2 millions de déplacés. Il plaide non coupable.

Son procès devrait commencer en septembre.
 

Première publication : 26/08/2009

COMMENTAIRE(S)