Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

8ème Jeux de la Francophonie: quelque 4000 athlètes réunis à Abidjan

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Claude Rich, un comédien unique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

50 Cent, rencontre avec un rappeur hors norme

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le bistrot, une tradition française qui se perd

En savoir plus

FOCUS

Irak : à Mossoul, le long chemin de la reconstruction

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le mépris de Donald Trump envers l'État de droit"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La BCE poursuit sa politique monétaire accommodante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron : la fin de l'état de grâce ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Football : la Coupe d'Afrique des nations fait sa révolution

En savoir plus

Sports

Le Belge Tom Boonen peut se blanchir pour 1 000 euros

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/08/2009

La justice belge, qui avait le choix entre trois procédures à l'encontre de Tom Boonen, poursuivi pour avoir consommé de la cocaïne à deux reprises, a finalement choisi de lui proposer de payer 1000 euros d'amende pour clore le dossier.

AFP - Le cycliste belge Tom Boonen s'est vu proposer par la justice belge "une transaction de 1.000 euros" afin d'éviter un renvoi devant le tribunal correctionnel suite à sa deuxième infraction en matière de prise de cocaïne, a indiqué mercredi le parquet de Turnhout (nord).
  
Le parquet en charge de ce dossier pouvait choisir entre le classement sans suite, le renvoi devant le tribunal correctionnel et la transaction. Cette dernière solution a été retenue. Si Boonen, qui avait été contrôlé positif à la cocaïne le 25 avril dernier, accepte la transaction, le dossier sera clos.
  
"Nous considérons Boonen comme un utilisateur de drogue comme un autre, pas comme le célèbre sportif qui doit être sanctionné (pour l'exemple)", a commenté le parquet de Turnhout, cité par le journal Het Nieuwsblad.
  
Il y a un an, Boonen avait été impliqué dans un premier dossier de consommation de cocaïne. La justice lui avait alors accordé une suspension du prononcé, soit une déclaration de culpabilité sans peine.

Première publication : 26/08/2009

COMMENTAIRE(S)