Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Père Noël habite en Chine"

En savoir plus

Moyen-Orient

Netanyahou tente d'apaiser les relations avec Washington

Vidéo par Claire BONNICHON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/08/2009

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou a rencontré l'émissaire américain au Proche-Orient, George Mitchell. Il a souhaité des "négociations constructives" avec les Palestiniens sans aborder le sujet épineux de la colonisation.

AFP - Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a convenu mercredi à Londres avec l'émissaire américain George Mitchell de la nécessité de "négociations constructives" avec les Palestiniens, sans faire état de progrès sur le thème épineux de la colonisation.
   
Les discussions entre de hauts responsables israéliens et américains pour relancer le processus de paix reprendront la semaine prochaine aux Etats-Unis, ont précisé MM. Netanyahu et Mitchell dans un communiqué commun publié à l'issue d'une rencontre de quatre heures dans la matinée.
   
"Il est nécessaire de commencer des négociations constructives entre Israël et les Palestiniens pour avancer vers un accord de paix régional", ont-ils déclaré dans ce communiqué, appelant toutes les parties à "prendre les mesures pratiques permettant de faire progresser la paix".
   
M. Netanyahu a ensuite quitté Londres pour Berlin, où il poursuivra sa tournée européenne en s'entretenant jeudi avec la chancelière allemande Angela Merkel.
   
L'entretien Netanyahu/Mitchell est intervenu à un moment de crispation entre les alliés américain et israélien. Washington, soutenu par les grands pays européens, voit dans le gel total de la colonisation le préalable à une reprise des négociations de paix, suspendues fin 2008.
   
Ecartelé entre les attentes de la communauté internationale et les exigences des composantes les plus intransigeantes de sa coalition gouvernementale de droite, M. Netanyahu cherche à s'accorder un peu de répit.
   
Au cours d'un point presse mardi, il avait insisté sur le fait que "la question des colonies est un problème, mais le principal problème est le refus (des Palestiniens) de reconnaître en Israël un Etat juif".
   
Le Premier ministre israélien espérait que son entretien avec M. Mitchell permettrait de mettre un terme à la querelle avec Washington, et conduirait à une relance des pourparlers de paix "d'ici à la fin septembre".
   
Mais un haut responsable israélien avait prévenu que la rencontre déboucherait probablement sur "quelques progrès, mais pas de percée".
   
Mardi, M. Netanyahu s'était entretenu à Downing Street avec son homologue britannique Gordon Brown, qui lui a réaffirmé que la colonisation était un "obstacle à une solution à deux Etats". M. Brown s'est cependant félicité qu'existe "une volonté réelle de progresser".
   
Les responsables israéliens et américains jugent possible une rencontre entre MM. Obama, Netanyahu et le président palestinien Mahmoud Abbas à New York en septembre, en marge de l'Assemblée générale des Nations unies, pour marquer la reprise des négociations de paix.
   
La dernière phase des pourparlers avait été suspendue fin 2008, après le déclenchement d'une offensive israélienne dans la bande de Gaza. Les Palestiniens font dépendre leur retour à la table des discussions du gel total de la colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem-est.
   
Mais M. Netanyahu refuse de transiger sur Jérusalem-est. Il exige d'autre part des garanties pour les quelque 500.000 colons.
   
Le quotidien britannique The Guardian a toutefois rapporté mercredi qu'Israël serait en passe d'accepter un gel partiel de la colonisation, en échange de sanctions internationales renforcées contre l'Iran concernant son programme nucléaire.
   
Après son entrevue mardi avec M. Brown, M. Netanyahu avait dit vouloir trouver une "formule de rapprochement" avec l'émissaire américain, qui permettrait de faire avancer le processus de paix tout en laissant les colons "vivre normalement".
  

Première publication : 26/08/2009

COMMENTAIRE(S)