Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Culture

Décès de l'auteur des paroles de l'hymne soviétique à 96 ans

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/08/2009

Le poète et écrivain russe Sergueï Mikhalkov (à droite), connu pour avoir rédigé les paroles de l'hymne soviétique sous Staline puis celles de l'hymne de la Russie indépendante, est décédé jeudi à l'âge de 96 ans.

AFP - Le poète et écrivain Sergueï Mikhalkov, qui a notamment rédigé l'hymne soviétique sous Staline puis l'hymne de la Russie indépendante, est mort jeudi à l'âge de 96 ans, a déclaré à l'agence de presse Interfax l'un de ses collaborateurs, Denis Baglaï.

"Aujourd'hui (jeudi), Sergueï Mikhalkov a cessé de vivre", a-t-il déclaré.

Admirateur de Staline en son temps, puis de Vladimir Poutine --l'ex-président russe devenu Premier ministre-- et de l'actuel chef de l'Etat, Dmitri Medvedev, Sergueï Vladimirovitch Mikhalkov était aussi l'auteur de livres de référence pour enfants.

Les deux dirigeants russes ont immédiatement fait part de leur tristesse après la mort de ce monument de la culture russe.

"Un classique de la littérature russe a cessé de vivre, un homme de mérite, un authentique citoyen. Ses talents multiples s'exprimaient vivement dans ses poèmes pour enfants, avec lesquels des générations entières ont grandi, ainsi que dans les vers de notre hymne national", a déclaré M. Medvedev dans un télégramme aux proches du défunt, diffusé par le Kremlin.

"A toutes les époques, Sergueï Vladimirovitch a vécu pour les intérêts de sa patrie, la servant, ayant foi en elle", a-t-il encore écrit.


Le Premier ministre russe a pour sa part salué la mémoire d'un "véritable patriote" et le "talent unique" de Sergueï Mikhalkov, dont les oeuvres ont été diffusées à 300 millions d'exemplaires, essentiellement dans les pays d'ex-URSS.

Le président de l'Union des écrivains russes, Valeri Ganitchev, a lui aussi salué la mémoire d'un auteur adoré par tous les enfants ayant grandi à l'époque soviétique.

"Sergueï Vladimirovitch était un homme très talentueux, aux facettes multiples (...), plein d'énergie et qui ne perdait jamais son sens de l'humour", a-t-il déclaré, à l'agence RIA Novosti.


Père des célèbres cinéastes russes Nikita Mikhalkov et Andreï Kontchalovski, il a défié le temps et la succession des régimes politiques du Kremlin, signant à chaque fois l'hymne national.

Il écrivit ainsi les paroles entonnées par les Soviétiques sous Staline, puis l'hymne déstalinisé, après la mort de celui-ci et la condamnation du culte de sa personnalité en 1956, avant de rédiger, toujours sur la même musique, l'hymne à la gloire de la Russie indépendante.
 

Première publication : 27/08/2009

COMMENTAIRE(S)