Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Economie

Le gendarme de la City souhaite taxer les transactions financières

Vidéo par Marion GAUDIN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/08/2009

Le chef de l'Autorité des services financiers (FSA), Adair Turner, s'est dit favorable à l'instauration d'une taxe sur les transactions financières des banques. Objectif : mette un terme à l'attribution excessive des très controversés bonus.

AFP - Le chef de l'autorité bancaire britannique s'est dit partisan d'une taxation des banques pour faire baisser les bonus controversés qu'elles accordent à leurs cadres, qu'il a attribués notamment à un accroissement démesuré du secteur financier.

Critiquant les banques pour leur prise de risques financiers excessifs - mis en cause dans l'origine de la crise actuelle -, il a notamment évoqué la possibilité, si d'autres mesures échouaient, d'instaurer une taxe sur les transactions financières, sur le modèle de la controversée taxe Tobin.

"Si vous voulez faire cesser les rémunération excessives dans un secteur financier hypertrophié, vous devez réduire la taille de ce secteur ou appliquer des taxes spéciales sur ses bénéfices avant rémunération", afin qu'il reste moins d'argent à distribuer, a affirmé Adair Turner dans une interview accordée au magazine Prospect, reprise jeudi par de nombreux quotidiens britanniques.

Il a estimé que le niveau de rémunération dans les banques venait d'une "dérégulation financière caricaturale" et a qualifié la place financière de Londres de "socialement inutile".

Le patron de l'Autorité des services financiers (FSA) a estimé qu'aumgenter le capital minimum nécessaire pour exercer des activités boursières serait "notre arme la plus puissante pour éliminer activités et profits excessifs".

"Et si une hausse du capital requis n'était pas suffisante, je serais heureux d'examiner la possibilité de taxes sur les transactions financières, des taxes Tobin", a-t-il poursuivi.

La taxe Tobin (du nom du Prix nobel d'économie James Tobin qui en a eu l'idée dans les années 1970) consiste à prélever un petit pourcentage sur chaque transaction financière pour décourager la spéculation.

Première publication : 27/08/2009

COMMENTAIRE(S)