Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

6 policiers poursuivis pour homicide involontaire: les habitants de Baltimore exultent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : A la rencontre de l'homme qui a recueilli les témoignages

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Viols présumés en Centrafrique : des zones d'ombre dans l'affaire

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Séisme au Népal : l'aide humanitaire internationale pressée par le temps

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centrafrique : des soldats français soupçonnés de viols sur des enfants

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : une enquête s'est ouverte à Bangui

En savoir plus

FOCUS

Liban : la prison de Roumieh, un fief pour les jihadistes de l'EI

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"En France, les PME ont du mal à grandir"

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Le pain, une tradition française

En savoir plus

Moyen-Orient

Netanyahou et Merkel font front commun contre Téhéran

Vidéo par David THOMSON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/08/2009

Lors d'une conférence de presse commune organisée à Berlin, le Premier ministre israélien et la chancelière allemande ont réclamé des "sanctions paralysantes" contre le régime iranien soupçonné de vouloir se doter de l'arme nucléaire.

AFP - Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a demandé, jeudi à Berlin, des "sanctions paralysantes" contre l'Iran pour l'empêcher de se doter de l'arme nucléaire.
  
"La chose la plus importante que nous puissions mettre en place sont des sanctions paralysantes. Il est possible d'exercer des pressions réelles sur le régime de Téhéran", a déclaré M. Netanyahu lors d'une conférence de presse conjointe avec la chancelière allemande Angela Merkel.
  
Il a ajouté que si le Conseil de sécurité des Nations Unies ne parvenait pas à s'entendre sur un durcissement des sanctions, les Etats-Unis et l'Europe devraient prendre des sanctions de leur côté.
  
Mme Merkel a déclaré de son côté que le "temps pressait" pour que Téhéran réponde aux offres de dialogue pour un arrêt de son programme d'enrchissimeent d'uranium.
  
Sans progrès d'ici septembre "nous envisagerons des mesures plus fermes" contre l'Iran, "dans le domaine de l'énergie et des finances", a-t-elle dit.
  
Mais elle a souligné que les sanctions seraient plus efficaces avec la collaboration de la Russie et de la Chine.
  
Israël, Washington et les Européens soupçonnent Téhéran, qui s'en défend, de vouloir se doter de l'arme nucléaire.

Première publication : 27/08/2009

COMMENTAIRE(S)