Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les défis diplomatiques de John Kerry

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Se battre pour les cendres pour étouffer la braise"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les peoples et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne suspend son offensive dans l'Est

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • L'Argentine de nouveau en défaut de paiement

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

Afrique

Cinq candidats rallient Obame pour former un front uni contre Bongo

Vidéo par AITV

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/08/2009

À 48 heures du scrutin, cinq candidats à l'élection présidentielle au Gabon ont annoncé, vendredi, la formation d'un front commun contre Ali Bongo, le fils du président défunt Omar Bongo, adoubé par le parti présidentiel PDG.

AFP - Les cartes de l'élection présidentielle serrée de dimanche au Gabon ont été brouillées vendredi par l'annonce d'un ralliement massif de candidats à l'ex-ministre de l'Intérieur André Mba Obame pour contrer Ali Bongo, favori, puis par les démentis de plusieurs intéressés.

"Volte-face", affirment les proches d'André Mba Obame. "Manipulation" affirment les candidats mécontents de l'annonce. Les difficiles négociations pour une candidature unique de l'opposition à Ali Bongo, fils du président Omar Bongo, décédé en juin après 41 ans au pouvoir ont débouché sur un imbroglio politique.

"Il n'y a aucun souci de manipulation", a déclaré le porte-parole de M. Mba Obame, François Ondo Edou.

Au petit matin, l'entourage d'André Mba Obame a annoncé le ralliement à son nom de 11 candidats, dont l'ancien Premier ministre Casimir Oyé Mba, un favori du scrutin.

Un tel ralliement pourrait bouleverser le scrutin que se disputent 23 candidats et d'où émergent quatre voire cinq poids-lourds. Selon des chiffres fournis dans plusieurs état-majors, quatre candidats, Ali Bongo, investi par le Parti démocratique gabonais au pouvoir, Casimir Oyé Mba, Pierre Mamboundou et André Mba Obame, seraient assez proches.

"Les négociations ont été longues. Il y a eu un vote à bulletins secrets tard dans la nuit et c'est André Mba Obame qui est sorti vainqueur. M. Oyé Mba avait indiqué qu'il se rangerait à la décision du vote", a affirmé un conseiller de M. Mba Obame.

Une proche de l'ancien Premier ministre Jean Eyéghé Ndong, également en lice et qui présidait les négociations à son domicile, a confirmé cette version, précisant que ce dernier avait obtenu une voix lors de ce vote alors que M. Mba Obame avait recueilli les autres suffrages.

Un rallié, Michel dit Mehdi Teale, candidat indépendant, ancien ministre, raconte: "Il y avait 12 à 14 candidats ou représentants de candidats dûment mandatés. Il y a eu des discussions souhaitant une candidature unique de 09H00 (jeudi) à 04H00 du matin (vendredi), le nom qui est sorti comme candidat des forces de la rupture, c'est celui d'André Mba Obame".

"A moins que les gens aient changé d'avis entre 04H00 et 09H00", ironise-t-il.

Cinq candidats ont confirmé leur ralliement: l'ex-vice-Premier ministre Paul Mba Abessole, MM. Eyéghé Ndong et Teale, l'ex-président du patronat Jean Ntoutoume Ngoua et la dirigeante pentecôtiste Anna Claudine Assayi Ayo.

Le son de cloche est tout autre chez quatre des candidats annoncés ralliés.

M. Oyé Mba reconnaît avoir assisté au début des négociations mais précise qu'il a quitté la réunion vers minuit et s'étonne: "Ce matin, j'apprends qu'une dizaine de candidats se seraient ralliées à la candidature de M. Mba Obame! Vous pouvez taper mon nom sur un communiqué, ce qui compte c'est ma signature", a-t-il affirmé.


"Si on arrive à mettre en place par un acte politique sérieux une candidature unique, (...) un nom susceptible de réunir la majorité des suffrages pour faire barrage au candidat du PDG, oui!", a-t-il assuré.

Trois autres candidats estiment être victimes d'un "coup bas", selon le candidat indépendant Bruno Ben Moubamba.

"Ma candidature est maintenue", a-t-il affirmé. Le candidat souligne aussi que le ralliement d'Oyé Mba et Eyéghé Ndong à Mba Obame, tous trois fangs, l'ethnie à la majorité relative dans le pays, entraînerait le pays vers un vote ethnique.

Edgar Doukaga Nziembi, chef de cabinet de la candidate Victoire Lasséni Duboze, a lui estimé que c'était "une manipulation. La candidate envisage une action légale" contre M. Mba Obame.
ments à l'AFP.

Première publication : 28/08/2009

COMMENTAIRE(S)