Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : des dizaines de personnes tuées près de Beni

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Société militaire privée : le business de la guerre

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Evasion fiscale : Juncker est-il crédible en "Monsieur propre" ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : l’emploi, un défi pour le futur président

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Harlem Désir, Secrétaire d'État aux Affaires européennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Beyonce fait le buzz avec son clip "fait-maison"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Laisser aux Arabes le temps de découvrir ce que c’est que la démocratie"

En savoir plus

SUR LE NET

Un livre sur la poupée Barbie indigne la Toile américaine

En savoir plus

SCIENCES

La grippe A (H1N1) supplante la grippe saisonnière, selon l'OMS

Vidéo par Carlotta RANIERI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/08/2009

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) affirme que le virus de la grippe A (H1N1), qui a fait 2 200 morts dans 177 pays, est devenu la souche de grippe dominante dans le monde, devant la grippe saisonnière.

AFP - Le H1N1, qui a fait près de 2.200 morts dans 177 pays, est devenu le virus de grippe dominant dans le monde, supplantant la grippe saisonnière, a prévenu vendredi l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Différents lieux où l'épidémie s'est propagée ont "montré que le virus pandémique H1N1 s'est rapidement installé et est désormais devenu la souche de grippe dominante dans la grande majorité du monde", explique l'OMS dans une note.

Jusqu'à présent, l'organisation estimait "probable" une domination du H1N1 dans les mois à venir.

"C'était une des grandes questions" des experts, a expliqué le biologiste Nigel Dimmock de l'université de Warwick interrogé par l'AFP, s'étonnant d'une conclusion aussi rapide de l'OMS.

"Elle doit être fondée sur (les données recueillies) dans l'hémisphère sud où c'est l'hiver, car les souches saisonnières ne sont présentes" que dans cette saison, a-t-il ajouté.

En tout état de cause, si le virus pandémique a remplacé la grippe saisonnière comme ce fut le cas en 1957 et 1968, cela signifie qu'il n'y aura pas besoin de deux vaccins et que les laboratoires pourront se concentrer sur celui de la grippe H1N1, relève encore le professeur Dimmock.

Une situation qui pourrait s'avérer utile étant donné le faible rendement de la souche actuellement cultivée pour produire le vaccin pandémique.

Car s'il est clair qu'"une énorme majorité des malades continue d'être atteinte par une forme bénigne de la maladie", la deuxième vague du virus s'annonce majeure dans l'hémisphère nord qui compte 5/6ème de la population mondiale, estime l'OMS.

"Un très grand nombre de personnes dans tous les pays sont susceptibles de contracter" cette grippe, ce qui pourrait avoir des conséquences plus importantes que celles observées au cours lors de la vague du printemps.

Un des problèmes que l'organisation anticipe ainsi est une surcharge des services de santé notamment en raison des cas graves. Parmi ces derniers, une proportion importante concerne des jeunes mais aussi des personnes en bonne santé, ce qui diffère grandement de la grippe saisonnière.

L'OMS a relevé que dans certaines villes de l'hémisphère sud, 15% des personnes hospitalisées avaient eu besoin de soins intensifs.

Sauver la vie des personnes gravement atteintes "dépendra de la très grande qualité des services de soins intensifs" qui seront confrontés à des séjours longs et très coûteux, explique l'organisation.

Elle rappelle par ailleurs que les personnes à risque restent celles dont l'immunité est affaiblie. Les femmes enceintes figurent en haut de la liste, de même que les personnes présentant des risques cardio-vasculaires, atteintes d'asthme, de diabète ou encore obèses.

En conséquence, l'organisation a une nouvelle fois appelé les pays du nord encore globalement épargnés à se tenir prêts à une augmentation soudaine du nombre de cas.

Actuellement, la pandémie semble avoir passé un pic d'activité dans la majorité des pays tempérés de l'hémisphère sud (Chili, Argentine, Nouvelle Zélande et Australie).

Selon les dernières données de l'OMS publiées vendredi, la grippe H1N1 a tué "au moins 2.185 personnes" et fait, selon une estimation basse, 209.438 malades dans plus de 177 pays.

Première publication : 28/08/2009

COMMENTAIRE(S)