Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Antonio Costa : "Avec l'Euro, il y a quelques gagnants mais beaucoup de perdants"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Évasion fiscale : l'Europe joue la transparence... jusqu'au bout ?

En savoir plus

FOCUS

Royaume Uni : les communautés musulmanes sont-elles bien intégrées ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : faut-il sanctionner les prostituées ou leurs clients?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Palestine s'apprête à adhérer à la CPI

En savoir plus

BILLET RETOUR

Un vent de liberté souffle sur le Koweït

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Agriculture : faire face à l'élevage intensif

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ismaël Isaac, le retour d’un pionnier du reggae africain !

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Départementales : la normalisation du FN

En savoir plus

Economie

La justice suspend le plan social de l'usine Goodyear à Amiens

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/08/2009

Les salariés de l'usine de pneumatiques Goodyear d’Amiens-Nord obtiennent un sursis : le tribunal de grande instance de Nanterre a suspendu le plan de restructuration de la direction prévoyant 820 suppressions d'emplois.

AFP - Le tribunal de grande instance de Nanterre a suspendu vendredi le plan de restructuration de l'usine de pneumatiques Goodyear d'Amiens-Nord, prévoyant 820 suppressions d'emplois, après un recours déposé par le Comité central d'entreprise (CCE) et la CGT.

Le tribunal suspend "l'information/consultation du plan de restructuration présenté à compter du 26 mai 2009 jusqu'à ce qu'il ait été satisfait à cette information", selon le texte du jugement dont l'AFP a eu copie.

Il constate "que les informations données au comité central d'entreprise sont incomplètes sur la restructuration du site d'Amiens-Nord en ce que notamment le plan présenté n'est pas complet sur le devenir de la production des pneumatiques agricoles".

Le plan social annoncé le 26 mai par la direction s'était révélé deux fois supérieur à une précédente restructuration touchant 402 emplois, mais que le tribunal de Nanterre avait interdit en novembre 2008 pour non respect des procédures légales.

La cour d'appel de Versailles avait annulé l'ordonnance rendue à Nanterre, mais la direction avait annoncé qu'un plan plus important était en préparation, en raison de la crise économique.

Première publication : 28/08/2009

COMMENTAIRE(S)