Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Amériques

Le chanteur victime d'un homicide, selon les médecins légistes

Vidéo par Sonia DRIDI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/08/2009

L'institut médico-légal de Los Angeles précise que la mort du roi de la pop, le 25 juin, à l'âge de 50 ans, est liée à une "grave intoxication au propofol", un anesthésiant très puissant retrouvé dans le corps de la star.

AFP - L'institut médico-légal de Los Angeles (Californie, ouest) a confirmé vendredi que Michael Jackson avait succombé, le 25 juin, à une "grave intoxication" du puissant anesthésiant propofol, combiné à un cocktail d'autres médicaments, et a qualifié sa mort d'"homicide".
   
L'institut médico-légal a mis fin à un suspense de plusieurs semaines en confirmant que la dépendance de Michael Jackson aux médicaments -- sédatifs, somnifères et autres analgésiques -- avait bien été à l'origine de sa mort, le 25 juin à l'âge de 50 ans, dans sa maison de Los Angeles.
   
Dans un communiqué, l'institut médico-légal a précisé que la mort de Michael Jackson avait été provoquée par une "grave intoxication au propofol", un anesthésiant très puissant que le "roi de la pop" utilisait pour lutter contre l'insomnie, selon le témoignage de son dernier médecin, Conrad Murray.
   
"Les médicaments propofol et (le sédatif) lorazepam s'avèrent être les principaux responsables de la mort de M. Jackson", a précisé l'institut médico-légal, qui n'a publié que des résultats partiels, le dossier complet restant confidentiel, à la demande de la police de Los Angeles (LAPD).
   
Le communiqué confirme également le vaste éventail de médicaments que prenait le "roi de la pop" dans les derniers mois de sa vie. L'autopsie a ainsi révélé que le corps de Jackson contenait les médicaments midazolam, diazepam, lidocaïne et éphédrine.
   
L'institut médico-légal a par ailleurs qualifié la mort de Michael Jackson d'"homicide", mettant fin là encore à un feuilleton de plusieurs semaines, le LAPD n'ayant jamais voulu dire si son enquête était un homicide, tout en confiant les investigations à la brigade des homicides.
   
Les yeux se tournent maintenant, plus que jamais, vers Conrad Murray, qui avait reconnu avoir administré du propofol au chanteur le matin de sa mort.
   
Dans un document judiciaire révélé lundi, rédigé par un enquêteur du LAPD qui détaillait l'enquête sur la mort de Jackson, Murray avait affirmé à la police qu'il avait traité l'insomnie du chanteur avec du propofol pendant les six semaines qui ont précédé sa mort, lui donnant chaque soir 50 milligrammes du puissant anesthésiant en intraveineuse.
   
Le médecin aurait ensuite essayé de désintoxiquer Jackson en lui donnant d'autres sédatifs, du lorazepam et du midazolam.
   
La nuit précédant la mort du "roi de la pop", le 25 juin, le médecin aurait donné au chanteur un valium à 1H30 du matin, et dans les heures suivantes, du lorazepam et du midazolam.
   
C'est à 10H40, à la demande insistante de Michael Jackson, que Murray lui aurait finalement administré 25 milligrammes de propofol.
   
Plusieurs experts judiciaires ont expliqué ces dernières semaine qu'il serait difficile de condamner Conrad Murray pour homicide, compte-tenu du passé médical de Michael Jackson, qui se fournissait en médicaments auprès d'un grand nombre de médecins, sous divers pseudonymes.
   
Murray, dont le domicile et les cabinets médicaux ont été perquisitionnés par le LAPD et l'Agence américaine de lutte contre les stupéfiants (DEA), a assuré avoir demandé à plusieurs reprises à Jackson la liste de ses médecins, sans succès.
   
Dans un message vidéo diffusé sur internet, Murray avait déclaré le 18 août qu'il avait "dit la vérité" aux enquêteurs.
   
Face à la caméra, il avait ajouté:"J'ai fait tout ce que j'ai pu, j'ai dit la vérité, et je suis convaincu que la vérité prévaudra".
   
Les funérailles de Michael Jackson, qui aurait dû fêter ses 51 ans le 29 août, auront lieu le 3 septembre au cimetière de Forest Lawn, à Glendale, dans la banlieue de Los Angeles.
 

Première publication : 28/08/2009

COMMENTAIRE(S)