Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Afrique

Dernier jour de campagne avant le 1er scrutin de l'après-Bongo

Vidéo par FRANCE 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/09/2009

Alors que les Gabonais se rendent aux urnes dimanche et que plusieurs candidats se sont désistés hier en faveur de l'opposant André Mba Obame, le scrutin s'annonce plus serré que prévu, bien qu'Ali Bongo apparaisse comme le favori.

AFP - Les Gabonais vont choisir dimanche le successeur d'Omar Bongo, décédé en juin, lors d'un scrutin à un tour qui s'annonce de plus en plus serré voire tendu, et pour lequel l'un des favoris est Ali Bongo, le fils aîné du président défunt resté 41 ans au pouvoir.

Ali Bongo, 50 ans, investi par le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), a pu profiter de cette véritable machine électorale qui contrôle l'administration. Officiellement, le PDG a remporté haut la main toutes les élections nationales depuis l'avènement du multipartisme en 1990.

Face à lui, officiellement 22 candidats, dont cinq se sont désistés en faveur de l'ancien ministre de l'Intérieur (2005-2009) André Mba Obame, dit "AMO".

Cette élection est la première considérée comme ouverte au Gabon, après quatre décennies de pouvoir d'Omar Bongo. Mais l'opposition n'aura pas réussi à s'entendre sur le nom d'un candidat commun.

Vendredi, l'équipe d'André Mba Obame a annoncé le désistement en sa faveur d'une dizaine de candidats, dont l'ancien Premier ministre Casimir Oyé Mba. Mais ce dernier a démenti, comme d'autres de moindre envergure qui ont parlé de manipulation.

Au final, seuls cinq candidats ont rejoint AMO, dont l'ancien Premier ministre Jean Eyéghé Ndong et l'ex-opposant rallié au régime Paul Mba Abessole.

Les bulletins des candidats qui se sont désistés ne seront toutefois pas retirés des 3.000 bureaux, a prévenu la ministre de la Communication, Laure Olga Gondjout, expliquant que les désistements étaient intervenus trop tard.

Pour la Commission électorale, même s'il n'y a plus que 18 candidats déclarés, les 23 restent donc en lice.

Sans renier la figure d'Omar Bongo, tous les candidats - y compris ceux restés longtemps dans les arcanes du pouvoir - ont reconnu le peu d'efforts de son régime en matière de développement.

"AMO" est allé jusqu'à se mettre à genoux pendant ses meetings pour demander "pardon" aux Gabonais d'avoir appartenu au régime Bongo, réputé clientéliste et corrompu.

Chacun des quatre plus importants présidentiables - les anciens ministres André Mba Obame et Casimir Oyé Mba, l'opposant radical Pierre Mamboundou et Ali Bongo - a promis un partage plus équitable des ressources pétrolières, minières et forestières du pays.

Toute la campagne, Ali Bongo a été la cible de la plupart des candidats et du slogan "TSA: Tout sauf Ali". "Si Ali gagne, on va gaspiller (casser)", ont affirmé des jeunes lors de meetings de l'opposition. D'autres ont estimé qu'il ne pouvait pas gagner sans tricher.

Plusieurs présidentiables ont dénoncé la liste électorale qui compte 813.164 électeurs pour une population jeune estimée à 1,5 million d'habitants.

Les bureaux de vote seront ouverts de 08H00 à 18H00 locales. Les premières estimations devraient tomber après "quelques heures", mais la proclamation officielle complète ne pourrait intervenir que le lendemain ou le surlendemain du scrutin.

Des observateurs de l'Union africaine (UA), de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et de l'Organisation de la conférence islamique (OCI) ont fait le déplacement.

Mais Reporters sans frontières (RSF) a dénoncé un "accès restreint des journalistes aux bureaux de vote, de sévères mises en garde, intimidations, refus d'accréditations pour certains médias étrangers".

"Le vainqueur sera de toute façon mal élu", souligne un conseiller de la présidence. Un autre redoute un "repli identitaire autour des ethnies". De nombreux observateurs et candidats s'attendent pour ces raisons à des troubles post-électoraux.

 

Première publication : 29/08/2009

COMMENTAIRE(S)