Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Les Arméniens cachés de Turquie en quête d’identité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Yémen : des milliers de réfugiés affluent à Djibouti

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Christianophobie" : un mots qui fait peur..

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Hillary Clinton entre en piste pour 2016 - Les élections législatives au Royaume-Uni

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Naufrages de migrants : l'Europe passive ou impuissante ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Manuel Valls contre le racisme et l'antisémitisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle américaine 2016 : l'économie dans la campagne

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Nokia s'offre Alcatel-Lucent : les emplois menacés ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Afrique du Sud : les familles des mineurs de Marikana réclament justice

En savoir plus

FRANCE

Optimisme mesuré chez les militants socialistes

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par Thibault LIEURADE , , envoyé spécial à La Rochelle

Dernière modification : 03/09/2009

À La Rochelle, militants et élus socialistes saluent le discours d’ouverture de Martine Aubry. Mais, malgré ses clarifications sur les alliances et les primaires, ils mesurent le chemin à faire pour remettre le PS en marche.

Lire aussi nos articles : "Les militants socialistes seront consultés sur la rénovation le 1er octobre", et "Malgré la feuille de route, des questions cruciales demeurent"
 
Suivez en temps réel la rentrée du Parti socialiste à La Rochelle sur FRANCE 24.
 
"L’espoir renaît ! Ça fait plaisir, le PS a retrouvé des couleurs", claironne Marielle, venue du Nord, le fief de Martine Aubry, maire de Lille. Sous le soleil de La Rochelle, ses camarades sirotent une bière en acquiesçant. 

 

Vendredi, la première secrétaire du Parti socialiste s’est fait chaudement applaudir au cours de son discours d’ouverture de l’université d’été du PS. Martine Aubry a demandé des clarifications préalables sur les propositions du MoDem, le parti centriste de François Bayrou, courtisé à la fois par la droite et par la gauche. Elle a aussi acté le principe de "primaires ouvertes", à l’américaine, pour désigner le candidat de la gauche à la présidentielle de 2012.

 

Pour les Ch’tis - surnom des habitants du Nord de la France -, hors de question que l’épineuse question de l’alliance avec le MoDem gâche la fête. "À Lille, Martine travaille avec les élus centristes, et ça se passe très bien ! C’est avant tout une question de personnes", assure Marielle. "Cette année, pour une fois, on ressort de l’université avec l’envie de se retrousser les manches", poursuit-t-elle.


 
Anne-Marie Forcinal, première secrétaire fédérale du Territoire de Belfort, partage cet optimisme : "Martine Aubry nous a conseillé d’aller à la rencontre des électeurs, ce qui est essentiel, surtout que le PS maîtrise mal sa communication dans les médias. Elle a été vivement applaudie hier par des militants qui voulaient qu’on leur redonne le moral. Ça tranche avec les débats froids qui ont précédé le Congrès de Reims", s’enthousiasme cet ancien médecin à la sortie d’un atelier de travail "passionnant" sur l’avenir du parti.
 
Un bulletin de vote aux allures de "faire-part de décès"
 
Comme tout n’est pas toujours rose au PS, d’autres restent plus mesurés. La porte ne reste qu’entrouverte aux centristes du MoDem et les modalités des primaires restent à fixer. 
 
"J’ai besoin de recul pour analyser les positions d’Aubry", avance Daniel, un Parisien originaire des Landes. "Mais je suis surtout agacé de voir qu’on ne parle que des primaires alors qu’il y a des problèmes graves comme la crise ou le chômage", poursuit celui qui vient à La Rochelle pour la première fois. "Je ne suis pas trop optimiste sur l’avenir du parti. Le bulletin de vote aux européennes ressemblait vraiment à un faire-part de décès", ironise-t-il.
 
Sur le port de La Rochelle, un groupe de militants débat des primaires et le ton monte :
- Le parti n’a aucune chance de gagner en 2012 s’il est seul !
- Mais imagine si c’est un candidat du MoDem qui gagne les primaires !
 
Vingt mètres plus loin, un autre groupe de militants. Leur débat ? Le même. Et on risque de discuter encore longtemps au PS.

Première publication : 29/08/2009

COMMENTAIRE(S)