Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

EUROPE

Élections régionales à risque pour Merkel

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/08/2009

À un mois des législatives, la CDU de la chancelière Angela Merkel pourrait perdre des points à l'occasion de régionales partielles. En Saxe, Sarre et Thuringe, les sondages annoncent de bons résultats pour le SPD et Die Linke.

REUTERS - La gauche allemande attend des scrutins régionaux de ce dimanche dans trois Länder le droit de garder espoir à un mois d’élections législatives fédérales qui s’annoncent très favorables à l’Union chrétienne-démocrate (CDU) de la chancelière Angela Merkel.

 

Dans les sondages, la formation de droite est créditée de 12 à 15 points d’avance sur les sociaux-démocrates (SPD) avec lesquels elle gouverne depuis 2005 dans le cadre d’une « grande coalition ».

 

Mais les scrutins régionaux dans le land de Saxe, en Thuringe et dans la Sarre, pour l’heure tous gouvernés par la CDU, pourraient redistribuer les cartes et dynamiser la campagne nationale du SPD pour les élections du 27 septembre.

 

Les bureaux de vote ont ouvert à 08h00 (06h00 GMT) et les premiers sondages de sortie des urnes devraient être publiés à 18h00 (16h00 GMT). Les gouvernements locaux ne devraient pas être en place avant des semaines, en raison de la probable nécessité de bâtir des coalitions.

 

« Le SPD tentera d’exploiter au maximum le moindre gain dans ces élections régionales. Il y a un risque pour Merkel, même s’il faut dire que c’est un risque limité », analyse Peter Lösche, qui enseigne la science politique à l’Université de Göttingen.

 

Dans le Land de Saxe, en ex-Allemagne de l’Est, la CDU semble bien partie pour se succéder à elle-même. En revanche, l’issue semble incertaine dans la Sarre, près de la frontière française, et en Thuringe, également en ex-RDA.

 

Dans ces deux Länder, les sociaux-démocrates (SPD) pourraient constituer des coalitions majoritaires avec le Parti de La Gauche (Die Linke) et les Verts.

 

 

Une coalition « rouge-rouge » ?


Heiko Maas, le chef de file du SPD dans la Sarre, s’est prononcé publiquement pour une alliance à trois avec les Verts et les libéraux du FDP plutôt que pour un gouvernement « rouge-rouge » avec Oskar Lafontaine, ancien président du SPD, ministre-président de Sarre entre 1985 et 1998 et candidat de Die Linke dans son land de toujours.

 

Mais cet avocat de 42 ans s’est préparé à ce qu’aucun dirigeant du SPD n’a osé faire jusqu’ici en Allemagne de l’Ouest: gouverner avec Die Linke. Les deux partis sont déjà alliés à la tête de l’exécutif de Berlin.

 

« Il y a une majorité claire en faveur du changement en Sarre », confiait-il cette semaine dans une interview accordée à Reuters. « La CDU et le FDP n’ont la majorité dans aucun sondage depuis trois ans. »

 

Frank-Walter Steinmeier, ministre des Affaires étrangères et chef de file du SPD aux législatives de septembre, a écarté l’hypothèse d’un gouvernement « rouge-rouge » au niveau fédéral en raison de désaccords majeurs sur les politiques étrangère et économique.

 

Mais dans des entretiens accordés ce week-end à des médias allemands, il a laissé ouverte la possibilité de conclure une telle alliance dans la Sarre.

 

Le SPD ne gouverne plus que cinq des seize Länder allemands contre onze en 1998. S’il en récupère un à l’issue des élections de dimanche, ce sera une première depuis 2001, et Angela Merkel sera forcée d’adopter dans la dernière ligne droite de la campagne nationale un style offensif qu’elle affectionne peu.

 

Pour les chrétiens-démocrates, les mauvais souvenirs de 2002 et 2005 pourraient alors remonter à la surface. A chaque fois lors de ces deux derniers scrutins fédéraux, leur large avance dans l’opinion s’était dissoute dans les dernières semaines de campagne.

Première publication : 30/08/2009

COMMENTAIRE(S)